Le 3me effet kisscool.
Castelian
Triffix - 1991
Tours pendables et tirs perdus par Petemul

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Castelian n'a rien voir avec Castlevania, que a soit dit d'emble pour viter toute quivoque. Par contre Castelian a tout voir avec Nebulus, que les gourmets des machines glorieuses de nos annes 80 connaissent certainement. Nebulus est un jeu en effet assez rpandu dans les tiroirs et les botes chaussures Palladium de toute personne ayant possd la fois un Amiga (ou Atari, C64, Amstrad...) et un peu d'amour-propre vidoludique. Pas la grosse clbrit mais on le reconnat sur les photos. Pas culte au point d'en faire un hit, mais avec suffisamment de bouteille pour forcer la porte d'un diteur avis et entraner moults portages sur les machines d'alors, NES et Game Boy compris. Ce qui tombe plutt bien en la circonstance.



Ceux d'entre-vous qui connaissent Nebulus peuvent donc retourner sur leur site favori commenter les derniers soubresauts de l'actualit internationale, puisque pour ceux-ci je spoile comme un goret : Castelian sur Game Boy est un portage honnte et fidle de Nebulus, deux-trois lments prs, qui relvent du dtail. Voil. Je n'aime pas vous faire perdre votre temps, nous sommes entre gentlemen.



Mais je vois que VOUS, vous restez sur cette page, et je me vois donc contraint, rien que pour VOUS, d'en dire plus. *soupir las*. J'espre que je n'aurai pas affaire des ingrats, parce que croyez-moi, il m'a fallu payer de ma personne.



Donc, Castelian. Il s'agit premire vue d'un de ces jeux de plate-forme-rflexion-calibre 35 comme on en vit tant : un concept, une ralisation au minimum plancher, une exploitation du concept sur 8 niveaux, salut et merci pour le poisson. Nous voici aux commandes d'un personnage grotesque qui va devoir aller d'un point A un point B, avec sur son passage quelques ennemis et beaucoup d'embches que vous devrez contourner - c'est le mot - en vous triturant les mninges, et notamment votre sens de l'orientation et de reprsentation dans l'espace. Ah.



Toute la particularit de Castelian vient en effet de ce que les niveaux ne sont pas sur une ligne droite vue de profil comme un Mario des grands jours, mais se situent l'xtrieur de tours que vous devrez gravir dans un effet que vous connaissez si vous avez dj jou Super Ghouls & Ghosts. En gros votre personnage est fixe au milieu de l'cran, mais derrire, la tour tourne mesure que vous vous dplacez, dans un effet de rotation pas piqu des vers pour l'poque. Une fois arriv en haut, vous faites tout pter, la tour s'effondre, niveau suivant, hop.



Le sommet en question s'atteint videmment dans la douleur, en passant par des escaliers, des petits ascenceurs, des portes qui vous font traverser diamtralement la structure, des dalles piges qui disparaissent, des ennemis plus ou moins invulnrables votre tir cathareux - et qui vous font chuter d'un tage s'ils heurtent votre hitbox gante - et des trous, plein de trous. Et a tourne. Ca tourne beaucoup. Plein. Tout le temps.



Et


vous


allez


vous


FLINGUER.



Entendons-nous bien. Si je ne me prends pas pour le roi des g4m3rZ, j'estime avec modestie avoir acquis une certaine expriences et quelques bases me permettant de me dbrouiller pas trop lamentablement dans la plupart des jeux normaux, y compris avec les standarts d'antan. Pourtant j'ose affirmer que ce jeu est une PURE CHIERIE DE SALOPE. Voil.



Ce jeu va dvorer votre me. Merde. MERDE ! C'est un vrai concentr de sadiquerie et de GNIIIIIIII. Votre personnage - appelons-le par son nom, Julius - avance, soit. Il se retourne, et dj l on se crispe, avec quelques frames d'animation. Ouch. Il saute... d'un bond tout juste suffisant pour passer les trous. Et quand je dis "tout juste", la marge est en effet trs faible. Et surtout IL NE SAUTE PAS TOUT LE TEMPS RHAAAA !!! Enfin pour tre prcis, il saute sous certaines conditions, qui rappellent un peu Prince of Persia. A l'arrt, pas trop de problme, mais en mouvement... eh bien a dpend un peu de la position de vos pieds et du timing. Ca demande donc un oeil vraiment, vraiment prcis pour sentir le coup... et des nerfs en bton.



Comble de cerise, paroxysme du gteau, le personnage a une lgre mais suffisamment chiante tendance glisser en arrire s'il touche un rebord de plate-forme sur un saut trop court. En d'autres termes, en cas de contact avec un coin de plate-forme, par dfaut, vous vous vautrez. Charmant.



Vous allez donc vous farcir 8 tours compltement horribles, blindes de piges, de saut au poil de cul, de casse-ttes dans tous les sens (au passage, essayez de tracer une map d'un niveau en spirale ascendante, qu'on rigole) et de portes piges qui rappellent les jeux Trials & Errors des grandes heures de l'Amiga, priode Rick Dangerous. Et a va piquer svre. Les vies filent vite et il y a fort parier que votre frustration et mme votre colre grandiront comme ma mite et mon pianiste. Je ne parle mme pas des fois o vous devrez vous faire toucher pour atteindre un tage infrieur. Ha ha, les cons.



Mais vous pensez que a suffit ? Dtrompez-vous, je l'ai dit plus haut, nous sommes entre gentlemen. Un niveau construit avec sadisme et prcision, on en a vu d'autres. Nous savons, vous et moi, apprendre, nous perfectionner, explorer prudemment, dompter patiemment la bte. 'Slowly, slowly, catch the monkey', nous apprend la sagesse coloniale des pres blancs, trop souvent dcris par l'intelligentsia cosmopolite de l'avenue Foch. Non, a serait trop facile, et vaincre sans pril, on triomphe. Et a serait trop facile. Et donc... donc a serait trop facile.


Au moins, c'est clair.


Donc on a aussi un timer. LULZ.


a aussi.


Et attention. Je ne parle pas du timer laxiste la Castlevania, genre 999 secondes pour faire un niveau de trois minutes. Non Monsieur, non Madame, sortez les Festina du dimanche, ici vous n'aurez pas ou peu de marge d'erreur. Un faux pas et c'est la rage qui vous treint lorsque, deux mtres du bol de sangria, le fatal " 000 " s'affiche et rduit vos efforts nant. Les derniers niveaux ne vous offriront aucun repos, aucun refuge, nada. Ceci dit un soupon de piti a effleur le coeur du concepteur du jeu : les niveaux bonus. Oui, entre chaque tour, vous accderez un niveau intermdiaire, cette fois-ci avec un scrolling classique. Si vous le terminez en avance, le temps restant sera ajout votre besace pour la tour suivante : les minutes reportables 15 ans avant les forfaits Ola. Chouette ! Sauf que pour cela vous devez TERMINER le niveau bonus. Ha ha. Ha. Ha..... ah.



Ah. Niveau bonus constitu de plate-formes dans tous les sens, souvent au-dessus du vide. Je glisse cette occasion que j'ai en ma possession une liste de psychanalystes de garde pas trop cher si vous voulez prvenir un tat de dmence quelconque et ne pas vous retrouver lancer votre caca en l'air. Comme a. Pour dire.



Le tour du fond tant termin (faites un effort, bande d'empots) passons la forme. Pour faire concis : c'est fluide, c'est quelconque, c'est fonctionnel, et c'est silencieux. Sans musique. Ce qui n'est pas une mauvaise chose aprs tout. Voil, pouf, pouf.



Finalement, et c'est pas dommage : je ne sais pas si je dois vous recommander ou vous faire fuir ce jeu. Oui je sais, j'en ai tir un portrait au vitriol dpeignant en creux et sans complaisance les travers de notre socit, mais quelque chose me fait dire que ce n'est pas tant de la merde que a. En fait ce jeu est juste dur parce qu' l'poque, on faisait comme a. C'est un jeu dur par parti-pris, pas par ralisation foireuse et programmation absconse. Il n'est pas affreux par manque de soin ou par ralisation par-dessus la jambe, mais au contraire par sadisme mticuleux et appliqu, pens dans les moindres tapes. Donc je ne peux pas lui cracher dessus proprement parler. Juste vous prvenir que vous allez en chier du pltre. Voil. Au nom de la culture, vous essayerez cette version ou une autre, vu qu'elles sont quivalentes, et ensuite, c'est au nom du sport que vous tenterez l'impossible, ou que vous vous direz que merde, vous avez pass l'ge de montrer que vous tes cap' de descendre de ce putain de toboggan sur un skate-board.



Je devrais conclure ici, mais ce tableau ne serait pas complet sans la goutte d'anecdote qui met le sel au poudre, sans le 'fun fact' de la mort. Figurez-vous que la menace est venue d'Allemagne en ce qui me concerne. Oui, j'ai achet ce jeu dans un moment de dsarroi spiritique lorsque, jeune prpubre lass des roses de Gttingen, je me dcidai, en ce paresseux mois d'aot, dpenser les quelques Deutschmark gnreusement donns par ma sainte Tante. Je vous laisse imaginer la franche poilade qui s'en suivit pour les derniers jours prs de l'ex-RDA. Maintenant jouons, en guise de point final d'une cruelle drision cette amusante sauterie :



Parmi les trois affirmation suivantes, une seule est fausse, sauras-tu la retrouver ami lecteur ?

- le manuel tait en allemand
- j'ai achet ce jeu avec NFL Football
- ma cousine tait en ge de me rencarder sur les travaux pratiques conscutifs l'observation de la reproduction de deux papillons



Voil voil. Le prochain d'entre vous qui me dit qu'il a une vie de merde, je lui arrache ses gonades, en passant par son oesophage.

Le point de vue de César Ramos :
Pas spcialement courant, mais sans valeur