Author Topic: [Multi-support] Là où les exclus sont exclues.  (Read 764050 times)

Offline Pikazekiller

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 2 364
  • Bonus Pute: 82
  • Soyons désinvoltes, n'ayons l'air de rien
    • FREE PRON XXX!!!
Re: [Multi-support] Là où les exclus sont exclues.
« Reply #2850 on: 19 June, 2022, 13:04:30 »
Tiens j'ai pu le tester aussi (merci de l'info sur le GamePass ;)) et c'est quand même pas mal, j'imagine qu'à plusieurs ce doit être encore mieux (et je pense que c'est pour ça que je trouve les sprites un peu petits, il faut laisser de la lisibilité quand on joue à 5 :D).
Question poids des coups, c'est un jeu TMNT, pas Final Fight, pour moi c'est raccord avec les jeux NES et SNES. Par contre effectivement il est beaucoup trop facile, même si étonnamment les ennemis sont beaucoup plus rapides que nous : j'ai voulu tester le défi "finir un niveau sans prendre de dégât" et c'est clairement impossible du moment qu'il y a plus d'un ennemi à l'écran...
Mais bon ne boudons pas notre plaisir c'est clairement le meilleur jeu TMNT 90's jusqu'ici, qui joue énormément sur les clins d'oeil aux autres jeux (surtout TMNT 4), je ne l'ai pas encore fini (je viens d'arriver dans la dimension X) mais pour l'instant c'est du tout bon.
Je le trouve tout de même un peu moins varié que Turtles in Time (pas de voyage dans le temp pour l'instant, le plus gros se passe à New York), et j'aurais aimé pouvoir switcher avec un habillage moderne plutôt que pixel (à la Double Dragon Neon), mais c'est vraiment pour chipoter.

Offline NICOSMOS

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 4 093
  • Bonus Pute: 184
    • La case de Kaz
Re: [Multi-support] Là où les exclus sont exclues.
« Reply #2851 on: 30 June, 2022, 12:03:08 »
Voici ce que vous êtes.
Une merde.

Une merde, un moins que rien, un aspirateur à vide, un trou noir dont même le néant ne voudrait pas. Tout ce qui vous entoure pourrit miraculeusement moins vite que vous, et vu l'état de déliquescence interne et externe dont vous faites preuve, c'était pas gagné. Que vous soyez encore vivant ? Un miracle ? Une malédiction plutôt.
Que les ténèbres vous éblouissent et que cette gueule de bois monumentale vous accompagne à chaque pas que vous ferez. Un lieutenant vous attend au rez-de-chaussée et il y a un pendu dans la cour, dépêchez-vous d'aller faire votre travail avant que le gamin camé du coin ne l'ait trop abîmé à force d'y jeter de la caillasse en hurlant.



Ainsi vous accueille Disco Elysium. Un titre à côté duquel vous êtes probablement passé, mais vous en aurez très certainement entendu parler tant il s'est fait remarquer au sein de cette petite niche qu'est le c-rpg.
Vous connaissez : vue isométrique, fiche de personnage, déplacements sur la carte, quête, sous-quêtes, affrontements, statistiques, jets de dés cachés, tout ça.
Le studio Za/um arrive avec ses proposition, ses thèmes, sa façon de faire et sa radicalité. Dans Disco Elysium, il y a presque tout ça mais la sauce est si particulière que le jeu trône au sommet de sa propre catégorie.

Votre loque humaine qui vous sert de détective dispose de quatre attributs, eux-même divisés en 6 traits.
L'intellect, la psyché, la physique et la motricité. Les archétypes de base du jeu vous permettent de choisir entre trois modèles qui vont en privilégier deux parmi les quatre, même si vous pouvez tout à fait vous faire un personnage à votre sauce. Mais la particularité de ces caractéristiques c'est qu'elles ne confèreront aucun bonus d'agilité, d'initiative, de force, d'endurance ou quoi que ce soit qui ressemble stats bien connues des jeux de rôle depuis D&D. Non, ces 24 capacités (réparties entre ces 4 groupes) donneront plus ou moins de présence à certains aspects de votre conscience, ce qui se traduira par un flot de pensées, de réactions, de questions, de réponses et de dialogues toujours différents à chaque partie.

Car oui, dans Disco Elysium, tout se lit, tout passe par des échanges et des dialogues. Vous allez en lire du pavé, et vous en redemanderez, car la qualité d'écriture de ce jeu est exceptionnelle. C'est la promesse bien connue de beaucoup de jeux de rôles, si le gros de la trame, du fil rouge, reste une direction immuable, tout l'enrobage, la façon dont vous allez réagir, gérer des situations ou envisager certains dilemmes sera lié à vos choix et au développement de votre conscience dans le jeu.

Ces pensées ne se traduisent pas que par des statistiques cachées qui vont favoriser tel ou tel choix de réponse, elles vont faire irruption durant la narration et ce sera à vous d'en tirer les informations qui permettront de faire des choix narratifs parfois cruciaux.

Si les mécaniques sont bien identifiées, c'est surtout par son ambiance que le jeu brille d'une sublime lueur poisseuse. Que ce soit les musiques, les graphismes, les couleurs, les illustrations, mais surtout l'univers, la construction des personnages (des cruciaux jusqu'au plus insignifiants), les dialogues d'une richesse folle, Disco Elysium vous attrape dans son monde post-révolutionnaire-décrépi vous mâche et vous recrache avec l'envie d'y retourner avec un build différent.

La director's cut du jeu ne ne l'a pas seulement enrichi de quêtes plus approfondies, elle a surtout apporté une traduction intégrale dans plusieurs langues (avec une option que j'adore, switcher entre l'anglais et le français d'une pression de touche pour apprécier le travail) et également achevé la production d'un doublage intégral du jeu avec des acteurs et des actrices qui donnent corps à des personnages tous plus incroyables les uns que les autres. C'est du travail de virtuose à l'écriture ET à l'interprétation.

Disco Elysium peut cliver, il peut ne pas être pour tout le monde car même quand on aime la formule des RPG, faut être ok avec l'idée de BEAUCOUP BEAUCOUP lire, mais à ce compte-là, c'est une expérience littéraire à laquelle le médium du Jeu Vidéo a donné des ailes. C'est aussi un jeu dont les thèmes, dont la construction et la façon dont les personnages sont pensés qui inspirent le respect. Ils auraient pu se vautrer dans leurs ambitions, bah que dalle.

Je ne suis pas le premier à en parler ici, mais si je peux à mon tour donner envie de s'y plonger alors ce sera justice rendue à ce jeu exceptionnel.



Je vous renvoie à l'excellente vidéo (comme souvent) de GameNextDoor si vous voulez plus d'enthousiasme et de détails sur le jeu :

« Last Edit: 30 June, 2022, 15:12:42 by NICOSMOS »

Offline PeteMul

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 6 604
  • Bonus Pute: 144
  • Unique, comme tout le monde.
Re: [Multi-support] Là où les exclus sont exclues.
« Reply #2852 on: 30 June, 2022, 23:08:33 »
Fort jolie prose, merci.

Offline Garburesteff

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 6 230
  • Bonus Pute: 275
  • "Nonnnn! C'est à moi de le faire, Harry!!!"
Re: [Multi-support] Là où les exclus sont exclues.
« Reply #2853 on: 03 July, 2022, 18:25:19 »
Dites, j'ai recup stranglehold sur gog, trop cool.

Mais sur pc, on dirait qu'on ne peut jouer qu'au clavier.

Quelqu'un a une soluce?

Offline Yug

  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 2 012
  • Bonus Pute: 66
Re: [Multi-support] Là où les exclus sont exclues.
« Reply #2854 on: 03 July, 2022, 19:24:51 »
Dites, j'ai recup stranglehold sur gog, trop cool.

Mais sur pc, on dirait qu'on ne peut jouer qu'au clavier.

Quelqu'un a une soluce?

Si ça peut aider

Offline Paderwann

  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 3 340
  • Bonus Pute: 1773
  • Rétro compatible
Re: [Multi-support] Là où les exclus sont exclues.
« Reply #2855 on: 03 July, 2022, 21:07:18 »
Merci @Nicosmos: tu viens de me vendre ce jeu.
J’en avais entendu parler mais avec une telle ode, je ne peux que te faire confiance et plonger.
J’espère pouvoir le tester rapidement (dans mon espace temps, ça signifie environ 2-3 mois…), pour t’en faire un retour ;)

Offline Ti µ&÷®

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 1 577
  • Bonus Pute: 62
  • hop
Re: [Multi-support] Là où les exclus sont exclues.
« Reply #2856 on: 03 July, 2022, 22:23:42 »
Même réaction (achat immédiat), et mêmes contraintes pour y jouer, donc à dans 3 mois !  ;D

(il est en solde sur le e-shop de Nintendo)
« Last Edit: 03 July, 2022, 22:46:51 by Ti µ&÷® »

Offline POYO

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 2 198
  • Bonus Pute: 65
  • Et bonsoir.
    • Pragmastick
Re: [Multi-support] Là où les exclus sont exclues.
« Reply #2857 on: 03 July, 2022, 23:08:59 »
Surtout ne le posez pas plus de 2-3 jours, sinon vous allez être tout perdus en relançant.

Offline NICOSMOS

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 4 093
  • Bonus Pute: 184
    • La case de Kaz
Re: [Multi-support] Là où les exclus sont exclues.
« Reply #2858 on: 03 July, 2022, 23:09:27 »
Alors d'après Gamekult la version Switch est ok mais pas ouf, faut voir les détails. Je sais pas ce que ça dit pour la PS4, mais j'aurais tendance à recommander la version pc

Édit : Oui écoutez Poyo. Je n'en ai pas parlé mais je m'y suis repris à plusieurs fois pour bien le terminer, les aléas de la vie faisaient que je devais interrompre mes premières parties assez rapidement. Le jeu ne demande en moyenne qu'une grosse vingtaine d'heures, mais faut un peu de concentration surtout au début pour bien imprimer le contexte et les premières informations.
« Last Edit: 03 July, 2022, 23:13:08 by NICOSMOS »

Offline Garburesteff

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 6 230
  • Bonus Pute: 275
  • "Nonnnn! C'est à moi de le faire, Harry!!!"
Re: [Multi-support] Là où les exclus sont exclues.
« Reply #2859 on: 05 July, 2022, 19:07:08 »
Dites, j'ai recup stranglehold sur gog, trop cool.

Mais sur pc, on dirait qu'on ne peut jouer qu'au clavier.

Quelqu'un a une soluce?

Si ça peut aider

on dirait que ça fonctionne!

merci!

(et puis c'est la seule piste de solution on dirait bien...)

Offline Paderwann

  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 3 340
  • Bonus Pute: 1773
  • Rétro compatible
Re: [Multi-support] Là où les exclus sont exclues.
« Reply #2860 on: 05 July, 2022, 19:23:02 »
Surtout ne le posez pas plus de 2-3 jours, sinon vous allez être tout perdus en relançant.

Ah ben merci pour la précision, ça me génère une contrainte supplémentaire mais quand je suis happé par un jeu c’est faisable. Surtout s’il est assez court (CMB).
Ça va me permettre de planifier le truc.

D’ailleurs j’ai eu le même problème avec Darkest Dungeon dont la prise en main est assez complexe. Si je m’y remets je devrais relancer une partie je pense…

Offline Pikazekiller

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 2 364
  • Bonus Pute: 82
  • Soyons désinvoltes, n'ayons l'air de rien
    • FREE PRON XXX!!!
Re: [Multi-support] Là où les exclus sont exclues.
« Reply #2861 on: 19 July, 2022, 00:50:47 »
Tiens j'ai profité du GamePass pour me faire The Pedestrian, petit puzzle game sans grande prétention mais terriblement sexy, en gros un mélange de Framed, Gorogoa (légèrement) et d'un platformer indé lambda comme on en a vu pousser des dizaines ces dernières années.
Parfait si vous avez un après-midi à tuer : bien moins retors que Filament (que je n'ai toujours pas fini...), souvent assez malin, à part la toute dernière partie qui aurait mérité un peu plus de polish c'est du tout bon :)

Offline PeteMul

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 6 604
  • Bonus Pute: 144
  • Unique, comme tout le monde.
Re: [Multi-support] Là où les exclus sont exclues.
« Reply #2862 on: 19 July, 2022, 08:18:51 »
Ah oui je remets une piécette sur The Pedestrian, c'est frais comme tout, pas trop cher, et dans mon souvenir il y avait une démo sur Steam pour les frileux.

Offline NICOSMOS

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 4 093
  • Bonus Pute: 184
    • La case de Kaz
Re: [Multi-support] Là où les exclus sont exclues.
« Reply #2863 on: 19 July, 2022, 13:17:08 »
Alors Averell, Yakuza ?




Car ici on a terminé Yakuza 7 : Like a Dragon. Je pense qu'on se lancera dans les 3, 4 et 5 à l'occasion, vu que tant qu'on est partis, autant tout faire.

Très rapidement, pour ceux qui ne connaissent pas forcément bien la licence, les Yakuza sont, depuis le premier épisode sur PS2, des open-world restreints (un simple quartier de ville, mais foisonnant de détails et d'activités) dans lesquels on alterne entre des phases de baston en beat'em all, la narration principale (le fil rouge de l'épisode) et des substories, donc des quêtes annexes dont le ton va très souvent trancher avec celui de l'histoire du jeu.
Comme certains l'ont parfois résumé, Yakuza c'est comme si le Parrain était régulièrement interrompu par un épisode des Simpsons, mais le tout à la sauce shonen. Y'a de grands moments, des gros regards, des cris, des pleurs, de grandes amitiés, de grandes trahisons, de grands complots, des types en costume qui pètent la classe, des gars avec des tatouages pas possibles qui feraient passer Ken le Survivant pour un scout, et de temps en temps des collectionneurs de slip, des courses de petites voitures, DU KARAOKE, du mahjong, des salles d'arcade, des cabarets et de la gestion immobilière. Liste non exhaustive. Dans les 6 premiers épisodes, qui s'étalent des années 90 au années 2010, on incarne Kiryu (et quelques personnes qui gravitent autour), un mec qui décide de quitter les Yakuza pour suivre sa propre voie.

On peut dire qu'il y a eu 7 épisodes, les deux premiers sur PS2, les 3/4/5 sur PS3 (PC) et les 6 et 7 sur PS4 (PC/Xbox). Ces dernières années, Yakuza Zéro (PS4/PC) est sorti et raconte les débuts de Kiryu et Majima dans les années 80, puis est sorti Kiwami 1 qui est un très bon remake du premier épisode, et idem pour Kiwami 2.

Bref, tout est là :





Yakuza 7 débarque avec un autre héros, une autre ville et une autre proposition. Ichiban est un fan de Dragon Quest, par conséquent le jeu se jouera au tour par tour et alors qu'il y avait de quoi plisser les yeux de méfiance quand on est habitué au rythme et à la violence des affrontements des autres épisodes, on se rend vite compte que les dev ont fait un boulot formidable qui donne une pêche pas possible aux affrontements. Les ennemis sont super variés, les attaques aussi, surtout grâce au système de jobs (génie du jeu, il faut pointer à pôle emploi pour changer de job), le jeu parvient même à rendre le farming réussi pour le gros moment où il risque d'y en avoir besoin.
C'est un jeu qui a moins de résonance sur internet que les précédents épisodes avec Kiryu, donc autant je savais qu'il avait reçu un excellent accueil critique, autant j'en savais peu sur son ambiance, son histoire, ses memes, son karaoké, etc. J'avais donc "peur" que le défaut du jeu soit d'être trop parfait mais sans avoir la bonne identité, sans avoir ce petit quelque chose qui rendait les épisodes précédents riches en grands moments. Vu qu'Ichiban est un peu goofy, mais pas trop, du coup la rupture de ton qui faisait le sel de la saga jusque là fonctionne toujours. Un peu "moins" peut-être, car Kiryu est le personnage stoïque et naïf parfait pour les substories les plus couillonnes, mais en fait tout fonctionne toujours aussi bien. A vrai dire, c'est peut-être le seul épisode, avec le zéro, dans lequel je ne vois pas quoi reprocher.
Dans Kiwami 1 il y avait des combats trop longs et un système de combat très riche mais dont il n'existait en fait qu'une seule façon efficace de le pratiquer, son karaoké était bof (en dehors de Tonight et Iji Sakura 2000), y'avait plus la disco, une histoire qui se finissait bizarrement, plus de jeu de gestion... Dans Kiwami 2 il y avait des jeux de "gestion" exceptionnels mais une histoire bof sur la fin, dans Yakuza 6 le jeu de gestion était relou...
Là, tout est nickel. Je crois que c'est l'épisode sur lequel on a englouti le plus d'heures. J'adore les thèmes, la narration, l'histoire, les mécaniques en plus qui donnent vraiment du corps à la notion d'équipe développée dans le jeu, les combats sont super, les nouveaux mini-jeux sont super marrants (ils ont fait un putain de jeu de karting), la nouvelle ville est superbe aussi, y'a les références qu'il faut, quand il faut aux précédents épisodes...

Comme pour chaque épisode, impossible d'être exhaustif, de tout dire, de parler de tous les bons moments. On a commencé Yakuza Zéro un peu sur un coup de tête, sans rien en savoir, au début du deuxième confinement, depuis c'est la série de JV sur laquelle on collectionne le plus de beaux souvenirs de jeux. Ce sont des jeux qui savent faire super chaud au cœur avec des personnages super annexes (tout notre amour pour le mec qui organise des courses de petites voitures), nous prendre par les tripes, nous retourner et nous captiver avec toujours les mêmes histoires de types en costume, le flingue au bout du bras.

Bref, j'avais peur que ce soit trop parfait mais sans ce petit quelque chose qui a fait qu'on a tant aimé chaque épisode avec Kiryu. En fait, c'était tout autant appréciable et on a hâte de retrouver Ichiban dans un prochain épisode.




(Je crois que j'avais parlé de Judgment, un spin-off "enquête" de la série, mais exclusifs sur PS4 et PS5. C'est toujours aussi top, un brin plus sérieux, on a hâte de faire le prochain)

Offline averell

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 3 151
  • Bonus Pute: 156
  • Et de Gaulle en 40, il chargeait sa barre ?
Re: [Multi-support] Là où les exclus sont exclues.
« Reply #2864 on: 19 July, 2022, 15:13:58 »
Alors Averell, Yakuza ?

Hmm... Je suis un peu embêté... J'ai joué 3h, et c'est très peu. Mais je réalise que vraiment, je n'accroche aux beat'em all, même avec un enrobage aussi sympathique que celui de Yakuza. J'avais tenté Bayonetta à l'époque et de la même façon je m'étais ennuiyé alors qu'il se passe 1.000 trucs à la seconde.

Vous pourrez me reprocher de ne pas lui avoir laisser sa chance, c'est peut-être vrai, mais je ne pense pas aller plus loin. Hier j'ai relancé Battle kid pour la 50ème fois et je me suis éclaté comme un petit fou en moins d'une minute. Du coup...