Author Topic: [PES/FIFA/FM] Pro Evolution Football Association Manager  (Read 164642 times)

Offline Fungus

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 5 518
  • Bonus Pute: 371
  • No retreat, no surrender, no refund.
Re: [PES/FIFA/FM] Pro Evolution Football Association Manager
« Reply #435 on: 30 January, 2016, 22:31:48 »

Offline Paderwann

  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 3 355
  • Bonus Pute: 1773
  • Rétro compatible
Re: [PES/FIFA/FM] Pro Evolution Football Association Manager
« Reply #436 on: 31 January, 2016, 12:17:55 »
Pendant ce temps-là, en Bretagne...


Online Enker

  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 3 357
  • Bonus Pute: 136
Re: [PES/FIFA/FM] Pro Evolution Football Association Manager
« Reply #437 on: 31 January, 2016, 18:24:48 »
Et surtout l’Olympique Lyonnais m’est passé devant pour le recrutement d’un gardien paraguayen dont les statistiques étaient justes hallucinantes. Enculés de Lyonnais.

Sois sans regret, Chilavert n'est plus que l'ombre de lui-même.
(c'est quoi le nom de ton gars ? Je suis curieux.)

Offline Parkingboy

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 1 297
  • Bonus Pute: 87
  • Paris, New-York, Vesoul.
Re: [PES/FIFA/FM] Pro Evolution Football Association Manager
« Reply #438 on: 21 February, 2016, 15:23:13 »
Non bon, je crois que le coach a besoin de se reposer aussi. On a fait la fête ensemble ouais, ah il a une belle descente hein! C'est ça les hommes du Nord...


Offline Cosmic

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 2 179
  • Bonus Pute: 25
  • ALORS PEUT-ÊTRE !!!
Re: [PES/FIFA/FM] Pro Evolution Football Association Manager
« Reply #439 on: 22 February, 2016, 10:10:25 »
J'attends de récupérer un accès au web chez moi et un emploi du temps décent pour me lancer corps et âme dans la suite de la saison.
Mais ne vous faites pas, je ne vous oublie pas. Le club n'oublie pas ses supporters.  ;)

Offline Cosmic

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 2 179
  • Bonus Pute: 25
  • ALORS PEUT-ÊTRE !!!
Re: [PES/FIFA/FM] Pro Evolution Football Association Manager
« Reply #440 on: 07 March, 2016, 21:38:58 »
(c'est quoi le nom de ton gars ? Je suis curieux.)

Un brave péon qui répond au doux nom de Gatito Fernandez. 27ans. Seul passage européen : Utrecht, au milieu d'un parcours sud-américain.

Les gars, je sais, je vous ai manqué. Ou plutôt l’Union Berlin dirigé par mes soins vous a manqué.  :)
Et je vous comprends… On arrive au match de l’année et je vous laisse en plan…
Je m’en excuse platement. Allez, bisous.  :-*
On repart pour un nouvelle épisode de notre série et si vous avez oublié les précédents, remontez un peu cette page bon sang !
Allez, installez-vous confortablement, sortez votre écharpe de l’Union, et régalez-vous !

Épisode 10 : La Coupe dans toutes les têtes…


Alors oui, c’est l’évidence même cette citation mais elle est tellement révélatrice d’un fait réel du football. D’ailleurs vous remarquerez que le petit qui bat le gros, ça arrive plus souvent au foot que dans n’importe quel autre sport, c’est ce qui en fait à mes yeux un sport extraordinaire dans le pur sens littéral du terme.

Mais sommes-nous réellement le Petit Poucet pour cette confrontation face au Hertha ? Pas vraiment puisque ma dynamique est globalement très positive depuis le début de la saison contrairement à celle du Hertha qui va devoir se battre jusqu’au bout pour ne pas descendre en deuxième division.

Mais de toute façon on s’emballe un peu trop tôt, car avant ce derby en quart de finale de DFB-Pokal, nous avons un match de championnat. Ce match de reprise, nous le jouerons sur la pelouse de Bochum.
D’ailleurs je vous glisse ici le calendrier jusqu’à la fin de saison histoire que vous puissiez vous imprégner de la suite de la saison.


Face à Bochum, nous avions concédé le match nul à la Alte Forsterei avant de les rejouer au deuxième tour de la Coupe d’Allemagne chez eux où nous nous étions imposés 1-0 après prolongations.
Bref la rencontre s’annonce forcément serrée et les bookmakers semblent aller en ce sens. Bochum part tout de même légèrement favori puisque jouant à domicile.


Cette équipe de Bochum m’a toujours posé quelques problèmes et donc plutôt que de chercher à vouloir surfer sur la dynamique de mes deux derniers matchs amicaux contres des équipes plus faibles où j’avais évolué en 4-4-2, je décide de remettre en place mon 4-2-3-1 afin d’équilibrer les débats du milieu du terrain, de tenter de les contrôler et donc tirer mon épingle du jeu.
Côté consignes, j’insiste sur quelque chose qui a bien fonctionné lors des amicaux : centrer dès que possible et élargir le jeu au maximum sans pour autant dédoubler sur les ailes et ainsi ne pas s’exposer à cause d’un bloc équipe très haut qui pourrait se faire contrer.
Le danger : de nombreux centres sur un seul attaquant, ça pourrait ne pas rentrer et donc déboucher sur quelque chose de stérile, surtout que j’ai décidé de titulariser Skrzybski qui n’est pas très grand mais qui s’est montré très juste tout au long de la trêve et des matchs amicaux où il a su se mettre en avant pour gagner ma confiance.
On titularise également les recrues : Yurchenko en 10 et Duarte en défense.


Beaucoup d’habituels remplaçants sont sur le terrain car le match face au Hertha arrive et j’y crois à la qualification mais il me faudra mes meilleurs éléments.
Et globalement cela part bien. L’ouverture du score de Nikci est somptueuse. Redondo sur l’aile gauche choisit une passe courte dans la surface pour Köhler qui centre du droit au point de pénalty, Nikci reprend de volée du droit et envoie le cuir dans la lucarne gauche du gardien de Bochum. 1-0 après 10 minutes de jeu.
Ensuite le jeu s’équilibre. Bochum arrive tout de même à envoyer un ballon sur la barre qui sera sauvé sur la ligne par Duarte qui le dégagera au large.
Dans le temps additionnel de la première mi-temps, j’obtiens un corner. Köhler le frappe depuis la droite, la trajectoire est coupé violemment par Duarte au premier poteau, le ballon rebondit sur la barre et revient dans les pieds de Kreilach, bien placé aux 6 mètres, plein axe, sa frappe termine logiquement au fond des filets.
Cet avantage à la mi-temps est mérité. Copie parfaite.
Le rythme repart de manière moins intensive en deuxième mi-temps.
On arrive doucement à l’heure de jeu et je remplace notre attaquant au nom imprononçable par Brandy, qui devrait se montrer plus dangereux dans le jeu aérien.
A la 70e, je sors le jeune ukrainien au profit de Daube.
Quelques minutes plus tard, Kreilach demande à sortir, je repositionne Daube au milieu de terrain et Korte entre en 10.
Bochum se montre très dangereux sur la fin de match avec deux belles occasions mais Haas est vigilant dans ce temps faible pour nous.
La victoire est belle et offre un maximum de confiance à quelques jours d’affronter le Hertha en Coupe !

En conférence de presse, j’apprends que Haas n’a pas encaissé le moindre but depuis 348 minutes, ça commence à chiffrer, ça fait très solide !
Oscar Duarte est élu homme du match pour sa première apparition sous le maillot de l’Union Berlin.
J’espère vraiment que cette recrue est la bonne pour continuer à stabiliser solidement notre défense.

Korte et Leistner viennent me voir pour discuter de leur temps de jeu. Impossible de calmer le premier quand le deuxième est d’accord pour mettre les efforts nécessaires à l’entrainement.

Kreilach devait être absent à cause de sa blessure pour le match face au Hertha. Finalement je l’emmène consulter un spécialiste pour l’avoir à disposition, il ne sera pas à 100% mais devrait pouvoir tenir sa place. Affaire à suivre…
Car oui, le derby en Coupe est là ! C’est maintenant que ça va être énorme ! J’ai hâte !


Les bookmakers placent logiquement le Hertha favori de cette rencontre, notre meilleur ennemi évolue tout de même en Bundesliga.
Un ancien de l’Union, Jens Härtel, attire l’attention sur Salomon Kalou, l’arme offensive du Hertha.
La pression médiatique n’est pas la même, cela se sent.
A la veille de cette rencontre, cela sent la poudre…
Je joue de cette atmosphère en rajoutant quelques petites phrases en conférence de presse d’avant-match : je mets la pression sur mon homologue du Hertha compte tenu de leur situation délicate en championnat, j’insiste sur la confiance au sein de mon groupe et surtout sur la motivation qui anime les joueurs.
Forcément l’entraineur adverse y va aussi de sa cuillère d’huile sur le feu…
On y est bordel ! C’est ça un derby putain ! Et surtout comme on le dit souvent : UN DERBY CA NE SE JOUE PAS, CA SE GAGNE ! Alors on va taper le voisin et puis c’est tout !  :D


Il fallait un 11 type pour affronter le Hertha, ni plus ni moins.
Duarte vient s’associer à Schönheim en défense central, le danger c’est que Duarte n’est pas à 100% mais j’ai assurément besoin de lui pour marquer un joueur de la trempe de Salomon Kalou.
Duarte c’est simple : c’est la meilleure recrue que j’ai pu faire d’un point de vue statistiques personnelles. 15/20 en marquage, il connait le métier le bougre.
Le reste, c’est du classique. Mais vous l’aurez remarqué je suppose.

Il pleut sur Berlin en ce jour de derby, comme un clin d’œil du destin pour ajouter de la dramaturgie à l’événement, un côté mystique pour faire entrer ce quart de finale de coupe d’Allemagne dans la légende…
Quelques heures avant le coup d’envoi, je viens reconnaitre le terrain, quelques supporters sont déjà là. En regardant vers les projecteurs, j’aperçois l’averse tomber goutte à goutte sur la pelouse.
Je fais le point sur notre saison au cours de ce léger moment de solitude si appréciable dans un monde où tout va à cent à l’heure ; difficile de ne pas être satisfait, se mêler à la course à la montée est inespéré après le début de saison en demi-teinte et ce quart de finale de coupe d’Allemagne reste un miracle après nos qualifications heureuses (notamment face à Dortmund). Mais je m’interroge : pouvons-nous réellement aller plus loin ?
Je dois motiver mes troupes, leur adresser un message clair qui saura leur donner ce supplément d’âme nécessaire à la poursuite de cette belle épopée.
Retour aux vestiaires, tout est étrangement silencieux. Certains s’étirent, d’autres sont perdus dans leur pensées. Au loin, on entend résonner les premiers chants des aficionados de l’Union Berlin. Nos supporters font un maximum de bruit pour encourager leur équipe.
Plus que jamais, ce moment et ce match sont à part de ce que l’on a déjà connus.
On ressent cette ferveur jusque dans cette petite pièce où nous sommes réunis tous ensemble. Les joueurs prennent conscience, petit à petit, de l’importance et de l’enjeu de ce match…
Je les sens impatient d’en découdre, ils ont pris la mesure de l’événement, je sais qu’ils afficheront un visage conquérant, comment envisager autre chose ?
Finalement je n’ai pas grand-chose à ajouter à ma causerie, ils savent qu’ils doivent faire plaisir aux supporters, j’insiste sur cet aspect.
Cri de guerre et puis rideau. Je sors le dernier du vestiaire, autour de moi les crampons claquent sur le carrelage, les joueurs se rejoignent dans le couloir, je passe entre ces deux lignes rouges et bleues et prend place sur mon banc.
Le spectacle peut commencer.

Une première mi-temps assez insipide. Si nous sommes rentrés au vestiaire avec un 0-0 à la mi-temps, il faut néanmoins souligner que le Hertha a globalement dominé. Rien de bien folichon à se mettre sous la dent, aucun tir cadré pour l’Union.
Nous avons passé notre temps à défendre en essayant de nous projeter vite vers l’avant mais sans succès. En défense, les joueurs ont été impériaux, le duo Schönheim-Duarte a affiché une solidité à toute épreuve, et Haas a su repousser le seul assaut cadré de la première mi-temps.
Forcément j’ai insisté sur le fait qu’il ne fallait qu’un but pour y croire.
Et je décide de changer une chose à la mi-temps : fini de tenter de construire calmement, on n’y arrivera pas. Le Hertha garde le ballon et se montre plus à son aise, il faut donc faire le dos rond et espérer mettre au fond la rare occasion que l’on pourra avoir.
Je demande aux joueurs de balancer rapidement devant, en espérant que les ailiers ou que Falcinelli arriveront à prendre possession du ballon et à faire quelque chose.

Et effectivement, nous avons réussi à faire ce que nous voulions mais en tremblant un peu tout de même…
Un corner stoppé sur la ligne d’entrée de seconde période…
Une frappe cadrée repoussée par Haas quelques minutes plus tard…
L’orage était passé puisque sur un contre éclair Quiring centre très vite au deuxième poteau au sol et Thiel surgit pour pousser au fond ! 1-0 !
10 minutes plus tard, c’est un copié-collé de l’action qui se répète ! 2-0 !
Et derrière, une gestion tactique phénoménale. Un respect impeccable du placement sur le terrain pour empêcher le Hertha de trouver des espaces, des fautes intelligentes pour éviter le pire (donc forcément on a pris quelques cartons…), des milieux de terrain impliqués sur le pressing, des attaquants qui participent au repli défensif, etc.
Après avoir inscrit le but du 1-0, le Hertha s’est perdu sur le terrain et n’a rien réussi. Curieusement ils ont été très peu inspirés à partir de l’ouverture du score.
Bref : ON EST EN DEMI-FINALE PUTAIN DE MERDE !  :D


Je vous laisse les statistiques du match pour voir que ce n’était pas le match de l’année mais que nous avons été diablement efficaces !


En conférence de presse, les éloges viennent de tous les côtés, j’en profite moi aussi pour en distribuer à mes joueurs et aux supporters.
J’en profite également pour glisser une petite quenelle au coach du Hertha histoire de rester classe jusqu’au bout dans l’esprit derby.  ;D

L’Union Berlin fait donc parti d’un groupe de quatre équipes. Quatre équipes qui peuvent soulever le trophée. Avec nous se trouve Hanovre, Frankfurt et l’immense Bayern.  Mais malgré cela comment ne pas rêver à un sacre ?
On va vite avoir une tendance car le tirage au sort des demis se profile quelques jours à peine après la qualification.

Un tirage su sort est caché dans ce spoiler...: ShowHide


Et si l’Union Berlin avait une bonne étoile ? Nous allons une nouvelle fois recevoir pour cette demi-finale. Si les joueurs voulaient se frotter au Bayern pour jouer du lourd, c’est raté…
Nous recevrons une équipe de Frankfurt mal au point en Bundesliga.
Clairement, nous avons un truc à faire pour aller chercher une place en finale !  :)


Mauvaise nouvelle à l’entrainement, encore une blessure pour Eroll Zejnullahu, 3 à 4 semaines d’arrêt.

Et après cette belle récréation qu’est la Coupe, c’est le championnat qui fait son retour.
Au programme : la réception d’Heidenheim.
Une équipe qui se trouve en milieu de tableau et que nous avions battu 4-2 chez elle lors de la phase aller du championnat.
Normalement un match à notre portée mais un élément est à prendre en compte : j’ai récemment dit quelque chose du bout des lèvres en conférence de presse qui a été interprété comme une promesse… Korte a pris une de mes déclarations comme une promesse de temps de jeu.
Il sera donc titulaire lors des prochaines rencontres.
Je cède pour désamorcer une bombe de vestiaire…


On obtient donc un 11 de départ légèrement remanié.
Je suis globalement content car la quasi-totalité des joueurs sont impliqués et peuvent jouer grâce à un turn-over régulier.
Mais forcément lorsque les performances individuelles sont là, des titulaires en puissance se dégagent, il faut donc gérer les cas comme Korte qui ont perdu leur place…


4’ : Trimmel déborde vite à droite, il centre en retrait à l’entrée du coin de la surface sur Korte qui transmet au sol à Yurchenko au point de pénalty. Sa frappe à mi-hauteur en pivot oblige le portier adverse à une première parade. Premier corner juste derrière, la tête de Schönheim passe au-dessus.
9’ : une passe lumineuse de Yurchenko pour Korte qui perd son face à face.
18’ : BUT POUR L’UNION ! Le nouveau débordement à droite de Trimmel lui offre de l’espace pour centrer au deuxième poteau sur un Nikci libre de tout marquage ! Beau but et nouvel avantage pour l’Union !
30’ : Heidenheim a mis le pied sur le ballon et s’est procuré quelques occasions mais la défense de l’Union reste vigilante. Un seul point noir : un face-à-face facile pour Heidenheim qui se finit par une frappe non cadrée fort heureusement pour moi…
32’ : LE DOUBLE POUR NIKCI !!! Falcinelli fait un travail formidable dans la surface en réceptionnant le ballon dos au but. Son contrôle et son enchainement sont parfaits mais sa frappe est repoussée par Zimmermann, le portier d’Heidenheim. Derrière, Nikci a bien suivi et n’a plus qu’à pousser le ballon au fond ! 2-0 !
35’ : Encore une frappe non cadrée pour l’adversaire. Haas poursuit sa série d’invincibilité grâce au manque de lucidité des attaquants adverses.
45’ : Juste avant la mi-temps, Korte se blesse, une entaille à la jambe. Contre toute attente, je décide de le maintenir…
56’ : 3-0 !!! L’Union Berlin enfonce le clou grâce aux deux joueurs en forme de la rencontre !!! Un nouveau débordement plein de vista de Trimmel sous la droite débouche sur un nouveau centre au deuxième poteau. Une nouvelle fois, Nikci surgit et pousse le ballon au fond ! Triplé pour lui et deuxième passe décisive du match pour Trimmel ! 3-0 ! Le match parfait ! L’absence de marquage su Nikci est flagrante sur les trois buts et Trimmel met au supplice son vis-à-vis !
61’ : Changement. Je sors Daube au profil de Koch.
69’ : Premier arrêt de Haas. Toujours là quand il faut l’animal !!!
72’ : Fürstner remplace Kreilach. Que du poste pour poste au niveau des changements pour l’instant.
73’ : Malgré deux défenseurs sur le dos, la passe d’Hollaran parvient à Morabit qui envoie une frappe peu puissante mais très précise dans la lucarne de Haas. 3-1 et fin de l’invincibilité du gardien de l’Union !
78’ : Haas évite le pire et réalise ne parade à bout portant sur un long coup franc indirect.
86’ : Dernier changement avec la sortie de Schönheim et l’entrée de Duarte.
87’ : Encore un arrêt pour Haas sur une frappe lointaine.
Fin du match et très belle victoire de l’Union Berlin !

Nikci est évidemment élu homme du match. Trimmel mérite ses éloges également. Tout comme Falcinelli qui a permis à Yurchenko et donc à Nikci de bénéficier d’espaces devant. Un match très bien maitrisé de bout en bout malgré la réduction du score adverse.
Korte sera absent une dizaine de jours pour son entaille à la jambe. C’est la seule ombre au tableau car cela peut m’empêcher de répondre positivement à ma "promesse".
Autre petite déception : la fin de l’invincibilité de Daniel Haas mais c’est bien trop peu pour m’inquiéter ou me décevoir. :)
Ce que je vis avec l’Union Berlin actuellement est certainement l’une de mes meilleures parties pour une première saison à la tête de ce club depuis le temps que je joue à Football Manager. :)

Pour conclure, un point sur le classement après 21 journées :

« Last Edit: 07 March, 2016, 21:42:26 by Cosmic »

Online Enker

  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 3 357
  • Bonus Pute: 136
Re: [PES/FIFA/FM] Pro Evolution Football Association Manager
« Reply #441 on: 08 March, 2016, 13:37:59 »


Roger, c'est juste PAR-FAIT là ! :D Je déguste le récit à la petite cuillère, merveilleux. Et cet exploit, nom de dieu ! La finale se joue à Berlin en plus, si ça c'est pas du signe :)

Tu pourrais faire une capture d'écran du classement de Bundesliga, histoire que l'on visualise un peu ce qui se prépare pour la suite ?

EDIT : je viens de jeter un oeil. Dans la réalité, l'Union s'est fait sortir dès le premier tour de la coupe. Vivons heureux, vivons virtuellement.

Offline MrBlueSky

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 1 183
  • Bonus Pute: 118
Re: [PES/FIFA/FM] Pro Evolution Football Association Manager
« Reply #442 on: 08 March, 2016, 16:14:29 »
Ah mais dans la réalité Union c'est bien le bordel  ;D

Sascha Lewandowski, entraîneur depuis septembre vient de poser sa démission pour cause de "burn out".
Avant lui on a eu Norbert Düwel qui ne sera resté qu'une saison, aura à peine fait mieux que Neuhaus sont prédécesseur en championnat et pire en coupe. Surtout, il a mis sur le banc et précipité le départ de Torsten Mattuschka Fußballgott  >:(

Aujourd'hui Neuhaus est entraîneur du Dynamo Dresde, leader de 3. Liga avec 10 points d'avance sur le second  ::)

Alors Roger, t'es sympa, mais tu ne nous fait pas de burn out, tu nous mène à la finale et tu reste un p'tit paquet de saison à l'Union parce que c'est juste un méga kiff de te lire.

Et Francfort en demi, tu y gagne au change niveau ambiance par rapport au Bayern de Munich.
En déplacement, les mecs sont comme chez eux:

! No longer available


Et quand ils sont chez eux, eh bah ils sont chez eux.

! No longer available

Un club très attachant ce Eintracht Frankfurt (putain faut que j'arrête de kiffer presque chaque club de Bundesliga  ;D)

Offline Ox

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 1 251
  • Bonus Pute: 257
  • Kampusch fugit
    • DISCOUNT VIAGRA LOW PRICE
Re: [PES/FIFA/FM] Pro Evolution Football Association Manager
« Reply #443 on: 08 March, 2016, 17:44:45 »


Après ce qu'il t'a infligé sur MPG ce weekend? T'es vraiment pas rancunier  :D

Offline Cosmic

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 2 179
  • Bonus Pute: 25
  • ALORS PEUT-ÊTRE !!!
Re: [PES/FIFA/FM] Pro Evolution Football Association Manager
« Reply #444 on: 28 March, 2016, 12:24:38 »
Épisode 11 : Faire la course devant

Après une telle effervescence en Coupe, les joueurs ont réussi à remporter un match important face à Heidenheim en surfant certainement sur la vague de ce succès salvateur face au Hertha. Peut-être que maintenant le plus dur commence :
Il reste 13 matchs de championnat avec une troisième place à sécuriser un maximum. De plus la demi-finale de Coupe d’Allemagne face à Frankfurt n’interviendra qu’à trois journées de la fin du championnat. Nous avons donc là une longue période de championnat entre les deux rendez-vous, une période presque similaire à celle entrevue en début de saison entre le premier et le deuxième tour d’Allemagne.
Je vous renvoie vers les articles précédents pour prendre connaissance du calendrier mais pour les prochaines journées, nous sommes attendus :
-   A l’extérieur face à Franckfurt Erlenbruch
-   A domicile face à Nürnberg
-   A l’extérieur face à Bielefeld
-   A domicile face à l’intouchable leader du RBL
Idéalement il faudrait prendre 7 points sur ces 4 matchs. Si nous y parvenons, je pense que nous serons en mesure de nous installer encore plus longtemps sur le podium (une place que nous occupons depuis 3 journées).


Favori à l’extérieur face à une équipe en difficulté en championnat qui vient de prendre un 4-0 à domicile. Bon moment pour les jouer ou sursaut d’orgueil à prévoir ?
Quoiqu’il en soit, je pars avec une idée claire : faire tourner un maximum sauf pour mes deux hommes forts du moment (Nikci et Thiel). L’idée : impliquer un peu plus ceux qui jouent moins face à un adversaire a priori prenable.
A l’aller nous l’avions d’ailleurs emporté 2-0.
Nous nous présentons à Frankfurt avec le 11 suivant :


Quelques consignes : une ligne défensive haute pour volontairement mettre la pression sur une équipe qui doute et qui peut vivre se mettre à la faute. Un jeu très orienté sur les côtés vu le 4-4-2 utilisé et parce que les deux joueurs de couloir sont en confiance actuellement.

Et très vite ce sont les joueurs de Frankfurt qui se mettent en évidence. Après 2mn de jeu, je concède l’ouverture du score et même un deuxième but 3mn plus tard…
5mn de jeu et cela fait déjà 2-0 pour Frankfurt
Difficile de changer quoi que ce soit tactiquement tant on joue depuis peu de temps…
Mis à part gueuler depuis mon banc pour voir un peu plus de caractère de la part de mes joueurs, Frankfurt continue d’être dominateur, j’ai bien eu quelques occasions mais rien d’assez franc pour espérer revenir dans le match…
A la mi-temps, je décide de changer quelques petites choses, la défense va redescendre d’un cran et l’on va tenter d’exploiter le milieu de terrain où je semble être plus solide dans la dimension physique.
A l’heure de jeu, mes changements n’ont pas d’impact non plus…
C’est un total non-match de la part de mes joueurs, des joueurs habituellement sur le banc il est vrai…
Et même lorsqu’une occasion franche se présente, le gardien adverse réalise un arrêt digne des plus grands, le sort est contre moi en plus de cette performance médiocre…
Impasse sur le terrain, impasse tactique, on se dirige droit vers une défaite…
Brandy lancera bien Skrzybski dans la profondeur qui poussera le ballon au fond mais cette réaction d’orgueil est intervenue trop tard malheureusement…
Plus rien ne changera dans cette rencontre, les deux buts inscrits en tout début de match par Frankfurt auront fait la différente et cette équipe n’aura même pas fermé le jeu ensuite, c’est juste mon Union qui n’aura pas su se mettre dans une mentalité victorieuse alors que jusque-là, tout allait très bien…

En conférence presse on me reproche mes choix tactiques, je prends sur moi et accepte les critiques, j’essaye de préserver mon groupe. Après coup il est facile de se dire que l’utilisation du 4-2-3-1 qui fonctionnait bien jusque-là était peut-être plus judicieux…
Ce qui m’emmerde surtout c’est que l’on prend déjà du retard sur le fameux tableau de marche que je m’étais fixé sur les quatre prochains matchs…
On va se consoler en se disant que Greuther Fürth n’a pas gagné mais l’écart se réduit déjà dans la course au podium…


Ah ah… Nürnberg… Une défaite 1-0 là-bas à l’aller, peut-être l’occasion de remettre les pendules à l’heure, à la condition de voir autre chose en terme de jeu lors du match…
Je pense déjà à m’entêter sur le 4-4-2 en le reconduisant mais en alignant une équipe beaucoup plus compétitive.

Mes U19 battent le Hertha 2-1 dans un derby de jeunes, une bonne nouvelle pour moi et mon staff. Il y a vraiment de la qualité dans cette équipe de jeunes et je veux la modeler avec un staff digne de ce nom, je veux m’inscrire dans la durée avec l’Union.
Après, pour la jouer comme à la TV, je vous dirais que l’on ne sait pas de quoi demain sera fait… Et soyons honnête, je n’ai pas encore été approché pour le moment… Je vous rappelle qu’à l’heure actuelle mon contrat se termine en fin de saison…


Un 11 presque type pour cette rencontre. Du lourd sur le terrain mais en 4-4-2 niveau organisation.
Je veux du jeu contrairement au précédent match. Côté consigne : Dédoublement sur les ailes, de la conservation de ballon tant que possible, du décrochage de poste, bref des intentions au maximum.

Rien de bien intéressant finalement dans ce match…
Un équilibre relatif, quelques occasions de chaque côté mais pas possible de trouver la faille…
Tactiquement je décide d’insister sur de nombreux ballons dans la surface vu le gabarit de mes deux attaquants mais difficile de conclure… L’Union est clairement sur un syndrome Jean-Claude Duss…
Au final un 0-0 sans saveur contre une équipe de bas de tableau, Berlin marque le pas…

Je profite des jours suivants pour analyser les rapports de mes recruteurs. Les rapports en provenance d’Italie retiennent une nouvelle fois mon attention, quelques pépites semblent intéressantes à suivre, je repère quelques joueurs en fin de contrat, peut-être des pistes de recrutement pour pas cher en vue d’une éventuelle montée…
Je propose un contrat à Brad Beaston, un jeune de Sheffield qui je suis depuis quelques mois, le sien arrive à échéance et je pense à lui pour le très long terme… Je négocie avec son agent quelque chose de sympa pour son client, on se tape dans la main, finalement cet enculé prolongera avec Sheff Wed dans les jours qui suivent…


Match face à Bielefeld… Les oppositions face à eux sont assez tendus (remember le match nul à l’aller) et les esprits s’échauffent en conférence de presse.
Entre le coach de Bielefeld et moi, le courant ne passe clairement pas. Je veux lui mettre le nez dans sa merde à ce vil provocateur.
Je reste sur mon 4-4-2, nous devons absolument redevenir dangereux offensivement et le faire avec deux attaquants sera sûrement plus facile…
On aligne une équipe quasi-type, moins de rotation compte tenu de l’urgence de points à prendre.

Match équilibré mais un 0-0 à la mi-temps. Nous nous sommes procuré les occasions les plus franches mais le gardien adverse a littéralement sauvé son équipe jusqu’à présent. Les intentions sont là, le jeu aussi, ne manque que la finition, il n’y a rien à changer tactiquement pour le moment.
Au retour des vestiaires, un dédoublement sur l’aile gauche de Parensen offre un centre repris de la tête par Falcinelli au premier poteau. L’attaquant italien oblige le gardien adverse à une jolie parade mais il remet le ballon en jeu sur Brandy qui tacle désespérément vers le cuir. Le ballon roule tranquillement dans la cage vide. Un but très moche mais ô combien important ! 1-0 !
A l’heure de jeu, Haas évite l’égalisation d’un brillant arrêt.
A 5mn de la fin du match Thiel se blesse, cela semble sérieux, j’espère qu’il pourra revenir rapidement, c’est une pièce importante de mon dispositif offensif.
Mes joueurs enchaînent ensuite de jolis séquences de passes et de possession du ballon, des choses que je souhaite voir plus souvent.
Victoire 1-0 dans un match globalement maitrisé mais il reste encore des choses à améliorer mais les points pris sont précieux.

Thiel en rouge car blessé après cette rencontre…
[/i]

L’entorse de la cheville de Thiel est finalement assez importante puisque notre joueur sera absent 5 à 6 semaines, un vrai coup dur à ce moment de la saison…
En conférence de presse, je glisse une ultime quenelle au coach adverse même si ses joueurs se sont bien battus, on m’interroge sur la durée d’indisponibilité de Thiel, les journalistes le savent eux aussi : une telle absence peut handicaper le club pour la suite de la saison…


Le RBL se profile déjà. Jouer le leader maintenant c’est délicat car nous traversons une légère période turbulence au moment où nous devons maintenir une pression sur les poursuivants au classement.
Face à Leipzig, l’idée est simple : contrer.
Je n’aurais pas le pied sur le ballon face à une équipe dont les individualités sont bien meilleures. Je jouerai donc beaucoup plus bas que d’habitude avec un impact physique volontairement agressif.
Je prépare mes joueurs toute la semaine avec de la mise en place tactique défensive.

Le match arrive vite, la semaine s’est écoulée sereinement. Seuls mes dirigeants m’informent d’un changement des pourcentages des revenus transferts, pas forcément handicapant à ce niveau de la saison, ils me refusent également l’amélioration de notre cellule recrutement, et mon contrat qui expire bientôt n’est même pas évoqué…
Le 11 de départ, c’est du classique.


Le match se passe globalement bien, une météo dantesque empêche les 22 acteurs de créer du beau jeu, le début de match est en faveur de l’Union puis petit à petit le RBL prend de plus en plus le match en main, on entre dans cette période défensive intense et les joueurs ont le répondant que j’attendais d’eux. Du moins, pendant les 20 premières minutes puisque Leipzig trouve la faille sur un deuxième ballon bien exploité rapidement  ce qui a empêché à ma défense de se replacer.
Difficile derrière de revenir malgré quelques opportunités en contre mais la vitesse de mes attaquants est moins forte que celle des défenseurs adverses…
Au final une défaite 1-0 à domicile, zéro point mais je pense que l’on a su offrir un beau visage face à l’ogre de la division.

4 points pris en 4 matchs, on marque le pas mais heureusement pour nous, derrière aussi ça a calé.
Nous arrivons à conserver notre troisième place mais avec une avance de deux petits points sur le quatrième, la bataille sera rude jusqu’en fin de saison…

Offline Cosmic

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 2 179
  • Bonus Pute: 25
  • ALORS PEUT-ÊTRE !!!
Re: [PES/FIFA/FM] Pro Evolution Football Association Manager
« Reply #445 on: 25 April, 2016, 22:41:34 »
Épisode 12 : L’enchainement

Bonsoir Arsène, bonsoir Bixente, bonsoir à tous ! Regardez bien, il est de retour ! Suivez bien ce petit club allemand : l'Union Berlin ! Bixente vous avez joué en Allemagne, ce récit va vous parler assurément ! Et à vous aussi Arsène, le grand coach que vous êtes sera sûrement conquis par les confessions de son entraineur, n'est-ce pas ?
- Oui.

Les jours s’écoulent paisiblement du côté de Berlin même si l’Union a laissé trainer des points en route. La suite du programme va se dérouler avec une toute autre mentalité…
En effet, nous avons perdu l’avance que nous avions, de manière provisoire en tout cas.
Sankt Pauli a remporté un match important et possède un point d’avance sur mon Union mais nous n’avons pas encore joué.


C’est donc un déplacement à Freiburg qui nous attend. A l’aller, le match avait accouché d’un vulgaire 0-0 sans saveur à un moment de la saison où l’équipe se cherchait encore.
Bizarrement nous rejouons Freiburg dans un autre moment de doute mais où la pression du résultat est plus présente, j’espère que nous arriverons à proposer quelque chose d’intéressant.
Ce match face à Freiburg donnera le départ à une série de 3 matchs en une semaine, inutile de vous repréciser que nous jouons l’avenir de notre saison en championnat dès maintenant.


Je décide de changer quelque chose au sein de la tactique. On oublie le 4-4-2 peu en réussite dernièrement pour repasser au 4-2-3-1 traditionnel.
Brandy sera titulaire devant car Falcinelli est en grand manque d’efficacité, Korte remplace Nikci car ce dernier ne s’implique pas sur le terrain et j’ai tout essayé pour le relancer depuis son pétage de plomb sur son temps de jeu. Malgré des titularisations à répétition, il reste avec un moral bas et en étant moins décisif, je passe donc à la sanction : le mettre sur le banc, faire jouer Korte avec lequel il est en totale concurrence.

Je demande à mes joueurs de jouer sans pression mais le tout début de match est en faveur de Freiburg et il faut un grand Haas pour éviter de concéder l’ouverture du score.
Ensuite c’est plutôt mes joueurs qui prennent le dessus et qui font le jeu, la rencontre s’écoule paisiblement mais nous ne parvenons pas à trouver la faille…
Finalement à la 35e minute, une passe en profondeur de Yurchenko dans le dos de la défense permet à Brandy de se retrouver en face à face et de remporter son duel, nous menons 1-0 à Freiburg mais rien n’est encore fait !
Mais finalement Yurchenko enfonce le clou très vite derrière, c’est cette fois-ci Brandy grâce à un joli travail sur la gauche qui centre au sol pour l’Ukrainien qui d’un plat du pied vient conclure et doubler la mise !
2-0 à la mi-temps ! Grâce à Brandy et Yurchenko ! Il ne reste plus qu’à gérer maintenant…
Et à la 50e, le festival continue ! Le corner tiré au premier poteau par Yurchenko est coupé puissamment de la tête par Schönheim ! 3-0 à Freiburg !
Juste derrière Petersen dévie de la tête en profondeur pour Philipp qui remporte son face à face, Freiburg réduit le score ! 3-1 à la 60e…
A 10mn du terme, Philipp double la mise pour Freiburg mais l’arbitre signale un hors-jeu, juste derrière Schuster inscrit un CSC sous la pression de Brandy et l’Union se met à l’abri de manière quasi-définitive !
A quelques minutes du terme, Maximilian Philipp parvient à un inscrire un autre but pour Freiburg. Ce match est totalement fou !
On s’arrêtera là, une victoire 4-2 à l’extérieur avec de belles prestations de la part de mes joueurs !
J’espère que cette victoire marquera la reprise d’une bonne dynamique !

Cette victoire de l’Union précipite le départ de l’entraineur de Freiburg, les objectifs de fin de saison fixés par certains dirigeants commencent à rendre des verdicts et certaines équipes se séparent de leur coach…
Si ma position à l’Union est qualifiée d’ « intouchable », je ne vois toujours pas de prolongation de contrat arriver…


On parlera de mon contrat plus tard, l’heure est au match face à Duisbourg à peine deux jours après ce gros match à Freiburg.
L’Union part favori face à un adversaire que nous avons battu 1-0 à l’aller chez eux.
Je reconduis mon 4-2-3-1 en prenant en compte la fatigue des uns, l’absence en sélection des autres pour arriver à un 11 de départ assez cohérent.


Après 2mn de jeu, on ressent une nervosité forte chez les deux équipes, beaucoup de fautes mais seulement des joueurs de l’Union avertis par l’arbitre. Yurchenko prend lui des coups de la part des défenseurs de Duisbourg et je dois le remplacer dès la demi-heure de jeu…
C’est ensuite à Quiring de demander le changement, les corps souffrent de l’enchainement des matchs et j’espère que ce n’est pas trop grave, je le remplace à la mi-temps. 0-0 au tableau d’affichage.
A la 55e minute, c’est une séquence collective exceptionnelle de plus de 30 passes qui est récompensé. A la finition Korte qui reçoit dans l’intervalle et idéalement placé le ballon par Falcinelli qui lui-même l’a reçu d’un geste formidable de Zejnullahu qui a embarqué 3 joueurs dans un déséquilibre total du bloc défensif de Duisbourg.
Cette ouverture du score fait du bien et libère mes joueurs qui se montrent de plus en plus entreprenant sur de petites phases de jeu car Duisbourg reste très dangereux et Haas stoppe quelques opportunités adverses pour préserver le score notamment en toute fin de match.
Luca Zander de Duisbourg sera expulsé à la 91e pour deux fautes en 4mn, et l’Union s’imposera 1-0 sans véritablement briller mais cette victoire est sûrement la plus précieuse de toutes dans cette période délicate.

Les deux matchs à venir sont les plus importants pour notre saison en championnat :
-   Un déplacement chez le deuxième : Braunschweig
-   La réception de Sankt-Pauli, le quatrième, notre poursuivant direct


A l’aller, un match dantesque remporté 4-3, il serait idéal de réitérer cette performance aujourd’hui mais nous avons déjà deux matchs dans les jambes et un autre choc face à Sankt-Pauli dans quelques jours également…
Pas le choix, il faut jouer ces deux matchs à venir à fond mais plus facile à dire qu’à faire puisque les organismes souffrent…
C’est un groupe un peu fatigué qui aborde cette rencontre, je dois tenir compte de ces éléments pour éviter les blessures, et forcément un turn-over intervient dans le 11 de départ que voici :


Wood, Leistner ou encore Redondo reviennent dans le 11 de départ, c’est dire si le turn-over est fort. Leur dernière sortie commence à dater et dans mes souvenirs, ce n’était pas bien glorieux.
J’ose espérer qu’affronter le deuxième constituera une motivation suffisante.
Côté consigne, du classique avec ce 4-2-3-1 habituel, bien connu de mes ouailles.

De bonnes séquences de possession du ballon me permettent de contrôler le rythme du match comme souvent mais Braunschweig se montre plus dangereux et affiche plus de tirs cadrés dans ce début de match.
A la 22e minute, les locaux arrivent à trouver la faille sur corner. Les phases arrêtées défensives ou offensives d’ailleurs restent mon point faible, je n’arrive pas à corriger le tir…
4mn plus tard, Falcinelli parvient à égaliser mais est signalé hors-jeu…
Juste avant la mi-temps, Braunschweig double la mise encore une fois sur corner… Un troisième but sera même inscrit, c’est une véritable branlée que j’encaisse.
Tout Braunschweig m’éjacule au visage de manière très violente. Inutile de vous préciser que je n’apprécie guère la tournure des événements.
A la mi-temps, grosse gueulante, je demande aux joueurs de montrer un peu de fierté !
Mais mis à part voir Bobby Wood se faire entailler la tête par un défenseur adverse, il ne se passera strictement rien, on se dirige vers une solide défaite qui peut faire mal au classement…
Score final 3-0, c’est net.

Malgré cette contre-performance, j’envisage tout de même de proposer un contrat à Falcinelli pour le conserver à long terme. Ce buteur est pourtant peu en réussite dernièrement (8h de jeu sans marquer…) mais ses belles statistiques personnelles sont une plus-value pour mon club.
Avoir des joueurs de ce calibre, c’est devenir crédible pour recruter plus tard d’autres bons joueurs.
Je souhaite proposer ce fameux contrat à Falcinelli mais malheureusement mes dirigeants ont touché aux finances du club récemment pour limiter certaines pertes entrevues et je me retrouve avec une masse salariale trop basse pour espérer offrir un contrat à mon buteur italien…
Je rencontre mes dirigeants qui me refusent l’augmentation du budget salarial mais accepte de rechercher un club affilié « junior » à l’inverse de Leverkusen qui est un affilié « senior ».
Mon seul espoir de conserver Falcinelli maintenant : que son club de Sassuolo le laisse libre puisque son contrat expire dans 3 mois.


On y est. C’est ce putain de match qu’il faut gagner.
Sankt Pauli a profité de mon faux pas à Braunschweig pour reprendre la troisième place, ils ne sont qu’un point devant nous, ils viennent à la Alte Försterei, cette forteresse quasi-imprenable, à nous de montrer notre solidité à la maison !
« Last Edit: 10 May, 2016, 18:29:58 by Cosmic »

Offline Cosmic

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 2 179
  • Bonus Pute: 25
  • ALORS PEUT-ÊTRE !!!
Re: [PES/FIFA/FM] Pro Evolution Football Association Manager
« Reply #446 on: 10 May, 2016, 18:44:41 »
Épisode 13 : Les matchs qui comptent

Sankt Pauli est actuellement troisième du championnat et possède un point d’avance sur l’Union Berlin. Les accueillir à la Alte Försterei constitue là une chance unique de remonter directement sur le podium.
Un échec ici nous décrocherait légèrement de la course à la montée. Rien ne sera joué après cette rencontre mais il est évident que rester au contact maintenant nous offrira une fin de saison avec plus de panache…

A l’aller, je vous rappelle que nous nous étions inclinés 1-0 là-bas.
Mes adjoints et mon staff me donne quelques conseils, notamment sur la manière de gérer le cas Meier et Sobota, deux dangers immédiats du côté de Sankt Pauli.
J’applique un marquage net sur Meier et j’oblige Sobota à jouer sur son mauvais pied lui qui est un pur gaucher.
Je demande à mes joueurs de montrer un autre visage que la dernière fois et on se lance dans l’arène.

Notre ami MrBlueSky pourrait nous parler de Sankt Pauli pendant un moment. Après l’Union Berlin, il s’agit certainement de l’autre club atypique de la 2.Bundesliga. Drapeau pirate, une culture très ancrée à gauche voir même anarchiste (anti-fa maggle !), un fût de bière comme siège en tribune VIP, voilà un peu les petites choses intéressantes à savoir sur ce club.


Les premières alertes offensives sont sur le but de Haas. La circulation de balle est plus nette et plus rapide du côté de Sankt Pauli, mes défenseurs ont du mal à se mettre au niveau mais in extremis ils arrivent toujours à récupérer le ballon et à préserver le score.
Au quart d’heure, Falcinelli s’offre une première occasion mais rate son face à face.
A partir de ce moment, le match est plus équilibré.
Sankt Pauli joue un jeu plus direct car l’Union Berlin contrôle mieux les débats du milieu de terrain.
A la 21e minute, l’Union Berlin est récompensé. Brandy est dans la demi-lune dos au but, un défenseur adverse tacle le ballon mais l’envoie sur Falcinelli au point de pénalty, l’Italien se retourne et frappe du gauche puissamment ! 1-0 !
5mn plus tard, le même Falcinelli double la mise ! A l’entrée de la surface, il contrôle son ballon pour se mettre dans le sens du but et du pied droit il propulse un boulet de canon dans la cage du gardien de Sankt Pauli.
A la demi-heure de jeu, Haas remporte un face à face et maintient l’écart de deux buts en faveur de son équipe. Juste avant la mi-temps il réalise un autre arrêt de grande classe.
Nous rentrons au vestiaire sur ce score de 2-0, un match maitrisé mais mes défenseurs ont du mal à contenir la vitesse des attaquants de Sankt Pauli
A la mi-temps je demande aux joueurs de ne surtout pas se relâcher car rien n’est fait. Ce discours ne plait pas à Falcinelli qui semble être démotivé. Compréhensible vu que celui-ci a survolé la première mi-temps de toute sa classe et je lui demande de faire presque mieux…
A l’heure de jeu, rien de bien nouveau à signaler. Falcinelli continue de peser offensivement et l’Union déroule tranquillement. Je remplace Brandy par Nikci car son match n’est pas très bon. Je fais donc rentrer la brebis galeuse Nikci en lui mettant une pression folle sur les épaules. Fini le coach sympa pour lui.
A dix minutes du terme, Skrzybski remplace Yurchenko. Dans la foulée, Fürstner prend un coup et je décide de faire rentrer Daube à sa place. Le temps additionnel est de 2mn, l’Union se dirige vers un succès important…
Le match aura été intéressant pour les spectateurs : du jeu, des actions, de la maitrise physique et tactique, etc.
Nous nous imposons 2-0 à la maison, l’essentiel est fait.

Fürstner se blesse pour 3 semaines suite à sa sortie lors du match face à Sankt Pauli. Résultat : une élongation aux adducteurs.

Il reste désormais 5 matchs de championnat à disputer. Le RBL vient de valider mathématiquement sa montée en Bundesliga et ce n’est qu’une question de temps avant que ce club ne soit sacré champion de deuxième division.
En plus de ces 5 matchs, il y a toujours cette demi-finale de Coupe d’Allemagne qui arrive pour l’Union Berlin.

Mes dirigeants me proposent enfin de discuter d’une prolongation de contrat. Avant d’accepter toute négociation, je leur demande d’augmenter le budget salarial et de réfléchir à la modernisation du centre d’entrainement. Ma demande sur le budget est acceptée mais pas celle sur les grands travaux.
Je signe donc une prolongation de contrat jusqu’en 2018 (soit deux saisons supplémentaires). Concernant mes émoluments compensatoires, je ne tire pas trop sur la corde. De 38k€ par mois, je passe à 40k€.

Dans la foulée je propose des prolongations de contrat à certains joueurs dont les demandes ne sont pas surréalistes. Ainsi je trouve un accord avec Brandy, Puncec et Prychynenko. J’attends leur retour sur cette proposition de nouveau contrat mais logiquement c’est fait.


Je reconduis une nouvelle fois le 4-2-3-1, je pense que c’est clair, on est bien plus à l’aise dans ce système de jeu. En tout cas la dernière fois que j’ai tenté de changer cela, ça a été une catastrophe…
J’en profite pour faire tourner légèrement l’effectif, rien de bien important mais suffisant pour redonner du temps de jeu à certains anciens blessés (Thiel notamment).


Süleyman Köç de Paderborn est intenable malgré un marquage strict et une surveillance de très près.
Paderborn domine globalement la première mi-temps et l’Union Berlin procède en contre ou se procure des occasions sur coups de pied arrêtés.
A la mi-temps, c’est un vulgaire 0-0 qui s’affiche au tableau des scores.
Il ne se passe strictement rien dans cette rencontre, ce match est d’un ennui mortel et mes changements tactiques n’y font rien…
En toute fin de match, Trimmel déborde à droite et centre fort devant le but, Korte qui a remplacé Thiel pousse le ballon au fond et nous pensons tenir là un succès précieux mais c’était sans compter sur l’égalisation de Paderborn dans la minute qui suit.
Score final : 1-1. Deux buts en toute fin de rencontre mais sinon rien de rien à se mettre sous la dent… Match nul logique même si la physionomie du match me laisse penser que l’on a perdu 2 points bêtement en se laissant remonter au score.
Aucun enseignement à en tirer, il faut passer à autre chose…

Prychynenko est le premier à parapher son nouveau contrat, cet accord garantit sa présence à l’Union jusqu’en 2020. Belle manœuvre de ma part : légère augmentation de salaire en échange d’une année supplémentaire par rapport à ses volontés initiales. S’il continue de progresser, il deviendra une belle valeur marchande pour le club.
Quelques jours plus tard c’est à Brandy de s’engager à nouveau en faveur de l’Union, un geste suivi par Puncec le lendemain.
Intéressant de voir que mes joueurs veulent rester à l’Union car habituellement c’est plus compliqué. La belle saison y est pour quelque chose.

Mes dirigeants me font un retour sur les possibles clubs avec lesquels s’affilier. Des clubs de petites divisions italiennes, un club suisse moyen et deux clubs évoluant en D2 néerlandaise. Je choisis l’un de ceux-là : Volendam. Ce club a un peu plus de prestige que le FC Den Bosch et leurs joueurs semblent avoir plus de potentiel.
Un tel accord me garantit plusieurs choses : la possibilité d’envoyer avec plus de facilités des joueurs en prêt là-bas et surtout une part importante dans les choix de transfert du club. Exemple : un joueur de Volendam impressionne et reçoit des offres de certains clubs huppés, Volendam me consulte pour savoir si je veux m’aligner financièrement sur ces offres, et ensuite le joueur fait son choix final.


Après plusieurs jours sans jouer, nous voici face à Munich 1860 ou plutôt München Lions dans FM2016 ! Ce match intervient à peine 2 jours avant la demi-finale de Coupe d’Allemagne contre Frankfurt donc assez logiquement je fais tourner un maximum. Des joueurs hors de forme se retrouvent titulaire mais je ne m’en inquiète pas, je fais confiance à mes troupes.
Certes une contre-performance pourrait me faire perdre ma place de troisième au classement mais Sankt Pauli a joué la veille et a perdu ! Greuther Fürth joue en même temps que moi et si nous faisons un résultat tous les deux, nous serons assurément les deux dernières équipes en course pour la troisième place.


Munich 1860 ouvre le score à la troisième minute sur corner. Et inscrit un second but deux minutes plus tard, de nouveau sur corner.
Début de match de l’enfer…
J’encaisse un troisième but à la demi-heure de jeu.
C’est incroyable un match pareil… Nous sommes dominés partout, impossible de conserver un ballon…
Je ne sais pas si les joueurs ont déjà la tête à la demi-finale face à Frankfurt mais il faut absolument montrer autre chose en deuxième mi-temps car il est évident que revenir d’aussi loin, ça va être compliqué…
Je ne veux déjà plus jouer ce match, regarder cette rencontre est un supplice, on ne voit pas le jour. C’est bien simple : j’ai l’impression que le stade de Munich 1860 est le basement de Josef Fritz et nous ne pouvons pas en sortir…
Haas réalise plusieurs arrêts et évite à l’Union de sombrer encore plus. Finalement il encaissera un quatrième but à l’heure de jeu…
Grosse gueulante dans le vestiaire au final, une telle prestation est une honte pour le club et les supporters…

Petit point sur le classement avant d’aller disputer une décisive demi-finale de Coupe d’Allemagne !


Offline MrBlueSky

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 1 183
  • Bonus Pute: 118
Re: [PES/FIFA/FM] Pro Evolution Football Association Manager
« Reply #447 on: 10 May, 2016, 19:06:53 »
Ah enfin !

J'avais fait la grève des commentaires sur ce topic suite à ton lâche teaser du match contre Sankt Pauli. Comment as-tu pu oser nous faire ça?  :D  :D  :D

Hâte de lire ces nouveaux comptes rendus bien au chaud dans mon lit ce soir.  :)

Online Enker

  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 3 357
  • Bonus Pute: 136
Re: [PES/FIFA/FM] Pro Evolution Football Association Manager
« Reply #448 on: 11 May, 2016, 13:44:50 »
Ah putain la dernière ligne droite... Vivement la fin, ça va être CHAUD ! Contre qui jouerait l'Union en cas de barrage d'ailleurs ?
Je viens aussi de zieuter le vrai championnat, l'Union Berlin semble faire une saison correcte en haut de tableau, mais largué loin des places promotionnelles (qui sont déjà toutes trois pourvues définitivement). En guise de comparatif :
- Fribourg est champion mais joue le maintien dans ta partie.
- Lepzig termine deuxième, ce qui est cohérent avec ta partie.
- Nuremberg termine troisième mais joue également le maintien dans ta partie.

A contrario, Brunswick est promu dans ton jeu mais est à hauteur de l'Union dans le vrai championnat.

Offline MrBlueSky

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 1 183
  • Bonus Pute: 118
Re: [PES/FIFA/FM] Pro Evolution Football Association Manager
« Reply #449 on: 11 May, 2016, 15:45:08 »
Et compare le classement de Düsseldorf et Munich avec celui dans la réalité  ;D

Ces équipes ont été lamentables pendant la saison et viennent de se sauver. Par contre chez Roger elles sont confortablement installées en milieu de tableau.

Quand j'y pense Munich 1860 ça me fait mal au cœur de les voir autant galérer depuis 3 saisons  :(
Les mecs se sont vu trop beaux. Ont absolument voulut participer à la construction de l'Allianz Arena, ont été relégué en 2eme divisions, ont revendu leurs parts au Bayern et comme leur stade historique de la Grünwalder appartient à la ville et n'est pas homologué pour la 2eme division ils se retrouvent à continuer de jouer à l'Allianz, louée au Bayern, et beaucoup trop grosse pour de la 2.Bundesliga. Y'a une impression de vide sidéral quand tu vas y voir un match.



Union ! .... ion .... ion .... ion .... on ... on ... on ... n ... n ... n ...