Le site repr par Fabrice.
Kid Chameleon
Sega - 1992
"Karma,karma, karma, karma, karma chameleon !" Boy George par Cosmic

Extras : Musique - Manuel TXT - Manuel PDF
Ah la douce époque des salles darcade Allez, soyons honnêtes, celle que je fréquentais nen était pas vraiment une Cétait lespace « gaming » dun cinéma Gaumont de province Turok, Time Crisis, Crazy Taxi, Virtua Striker, House of the Dead, jen passe et des meilleurs ! Oui, cest assez moderne et il y a bien dautres titres où lon a pu caresser du stick et tabasser du bouton jusquà obtenir des crevasses dans les mains. Tel Rafael Nadal sur un court de tennis en terre battue. Mais chacun son métier et sa sensibilité. Enculé despagnol.
Personnellement je suis comme Churchill : « no sport ». Je préfère un bon cigare et une bonne bouteille plutôt que daller transpirer sur un terrain. Cest déjà suffisamment stressant et sportif de suivre une Coupe du Monde de football à la TV bordel !



Les salles darcade sont un doux repère à rêves : les couleurs des diodes lumineuses sentrechoquent avec les doux sons de ces gigantesques bornes dont on connaît les formes par cur Un peu comme celles de sa première fois sauf que tu tabassais autre chose quun stick et des boutons, encore que



Cest justement dans une salle darcade que commence lintrigue de Kid Chameleon. Sorti en 1992, le titre édité par Sega, pose déjà un scénario digne dun futur que lon entrevoit doucement aujourdhui : Wild Side est un nouveau jeu darcade où le joueur est transposé dans une réalité virtuelle holographique. Le jeu est tellement réaliste pour lépoque que le boss du jeu, et donc le méchant (schéma classique), est devenu incontrôlable et capture les joueurs qui perdent.
Et BAM ! Toi, le petit Kid Chameleon, tarrives, pif paf pouf, et tu vas tenter de faire des lois. Petit chef va !
Evidemment, tu nas pas de prénom, histoire de permettre une identification du joueur sur ce gamin qui semble avoir une grosse paire de baloches pour son âge et un style de thug à faire défriser les mémés à caniches du quartier ! Bah oui, ces lunettes de soleil, ce style de rockeur ! 90s ma gueule !



« Et pis que pourquoi qui sappelle Kid Chameleon le jeu parce que jai pas vu un seul reptile hein ! » Tinquiète Annette, on y vient !
*zap sur Arte*
« Les Chamaeleonidae vivent dans les arbres. Cette famille contient plus de 200 espèces de caméléons et se distingue par la mobilité indépendante de leurs yeux, leur langue protractile, leurs doigts groupés en deux blocs opposables, leur capacité à changer de couleur et enfin leur queue »
AH ! LA TU VOIS ! IL LA DIT ! IL CHANGE DE COULEUR !
« Et alors ? On peut changer de t-shirt dans le jeu ? Super »
MAIS FERME-LA ! Cest pas Animal Crossing ou Léa passion mes couilles ! Ici tu vas pouvoir revêtir des casques ou des masques que tu récupères au fil de ta progression dans les niveaux afin de toctroyer dautres pouvoirs :
Kid sera tantôt un samouraï équipé dun sabre, un soldat-squelette qui pilote un tank, un personnage qui ressemble vachement au cinglé de vendredi 13, ou même une simple mouche !
Les transformations sont nombreuses et ont chacune une incidence particulière sur le style de jeu à adopter ou sur le fait de pouvoir franchir certains passages du jeu.



Jeu de plate-forme classique au scénario assez novateur, Kid Chameleon se caractérise surtout par une difficulté de FILS. DE. PUTE. Au début tout semble facile et accessible mais très vite on tombe dans un jeu où la moindre erreur est fatale. Et surtout : il ny a pas de système de sauvegarde ou de mots de passe
Mais on y reste et on recommence. Pas seulement parce quon aime relever des défis et aller jusquau bout de lextrême-limite. Toujours plus loin, toujours plus vite Aaah Cathy et Paloma, les vrais savent



On reste aussi sur Kid Chameleon parce que cest très joli graphiquement. Les univers sont variés et colorés : on parle dun long jeu pour lépoque avec près de 90 niveaux, que vous ne franchirez pas tous à chaque partie car plusieurs chemins jusquà la victoire finale sont possibles.
Dailleurs les paysages sont à limage de la difficulté crescendo du jeu : on débute par la verdure et les lacs champêtres, un coin dinsouciance où on peut se familiariser avec les bases du jeu. AVANT DE BASCULER DANS LES ENFERS DE LA DIFFICULTE ! Paysages montagneux, cavernes, lave, et même des niveaux où vous avez intérêt à courir vite en oubliant votre cerveau pour ne pas être rattrapé par une sorte de machine qui veut vous niquer ! Problème : un seul mauvais choix de direction et vous arrivez dans un cul-de-sac pour mourir comme une merde écrasé par cet engin maléfique !
Frustration, jécris ton nom Mais on y retourne encore et encore !



Autre élément à mettre en avant : les blocs.
Tout bon jeu de plateformes se sert de ce genre de choses pour varier les possibilités. Dans Kid Chameleon, cest pareil. Les blocs apportent une variable intéressante : certains sont cools et offrent des objets, dautres vous attaquent, dautres sont ou semblent infranchissables, dautres seffondrent sous vos pieds à votre passage, certains vous font même glisser, un gag intemporel des jeux de plateformes hihihi
Mais nallez pas croire que Kid Chameleon est trop classique pour un jeu de plateformes ! Pas du tout même ! On ressent linertie de certains mouvements de votre personnage, on se surprend lorsque la gravité agit plus ou moins sur Kid selon les costumes quil revêt, et bordel de merde il faut le redire : ce jeu est dur comme les moignons de Philippe Croizon, alors imaginez sil y joué



Musicalement chacun jugera. Certaines séquences sont très cools et accompagnent bien votre progression, dautres thèmes musicaux sont insupportables à mes douces oreilles. Une seule certitude : les ambiances sont là pour vous mettre dedans, vous allez transpirer des mains ! Plutôt cool pour les gens qui aiment le défi sportif par procuration Tu vas droit au cur de laction, cest ton bonheur, cest ma passion !
Le point de vue de César Ramos :
Classique parmi les classiques, débourser plus que raison serait une hérésie vu le tirage.