Author Topic: [2010-2019] Dix ans de jeux, mais des bons, pas ceux du peuple.  (Read 668 times)

Offline EcstazY

  • Administrator
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 2 213
  • Bonus Pute: 96
    • [ NES Pas ? ]
Re: [2010-2019] Dix ans de jeux, mais des bons, pas ceux du peuple.
« Reply #15 on: 22 January, 2020, 14:41:01 »
Belle initiative que ce sujet Peter, bon esprit. Je decouvre pleins de trucs, n'y jouerait probablement jamais, mais ca fait plaisir ne serait-ce que pour la culture G ! :)

Ca m'a aussi permis de realiser que pendant 10 ans je n'ai paaaaaas fait grand chose, hors GBA/NES/SNES ou reedition 3DS de jeux oldies... Bon, il y a quand meme quelques merveilles :

- Shovel Knight : evidemment. Evoque 50 fois au dessus, comment lutter face a tant d'amour ?

- Steamworld Dig 2 (et le 1 aussi) : je crois que c'est ce jeu qui m'a fait redecouvrir ce que c'etait que l'attente tres penible entre "l'activite du moment quelle qu'elle soit" et rallumer la console "oh juste un p'tit peu 5min quoi pour avancer". Et qui, 4h apres, fait rouvrir les yeux. "Meeeerde j'ai oublie le poulet au four". Un concentre d'amour. Le 2 est exceptionnel, encore meilleur que le 1, c'est dire.

- Je vous ai deja parle de Mario Maker ? :D J'y joue tous les jours depuis sa sortie. Sur wii U d'abord, mais le bonheur sur 3DS m'a acheve. Oh bien sur il manque quelques petites fantaisies, mais globalement c'est le jeu de la décennie pour moi. Je prie tous les jours les Dieux du cloud pour que les serveurs durent toute la vie...

- Fairune : j'ai dévoré le 1, comme une gourmandise interdite. Rien à jeter, un investissement temps merveilleux. Jamais réussi à accrocher au 2, que j'attendais avec une joie naive. Trop le bordel peut-etre, il faudrait que je retente. Mais le 1... Lovely.

C'est tout ce qui me vient a l'esprit. Mon dieu... J'ai vieilli...

Offline wonderpanzer

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 1 089
  • Bonus Pute: 42
  • etre analogique vivant dans une 3r3 num3r1qu3
Re: [2010-2019] Dix ans de jeux, mais des bons, pas ceux du peuple.
« Reply #16 on: 22 January, 2020, 22:44:44 »
Grande idée que voilà,

Ce fut une belle décennie pour moi, car je vais  sur 45 ans, je joue depuis toujours,  mais ai découvert les joies du multiplayer familial et celui de la passation du flambeau...

Perso pour moi se fut essentiellement de l'indé,  où avec mes filles  (11 et 15 ans, du bonheur, de la découverte et des barres de rire en pagaille)

-Zelda 4 swords : découvert à Pornic grâce à  St Bazart, j'ai galéré pour topper les Gba SP, les câbles link (vous l'avez?), et le jeux évidemment
Mais bordel que c'était bon de decouvrir leur niveau de fourberie, de se torpiller en VS, tout en leur faisant découvrir  Zelda alacool

-les 2 Raymans : finis sur 360, one, et wiiu, autant dire que l'on a aimés  (mêmes joués avec ma mère c'est dire l'exploit!)

-Mario kart 8 : que dire?

-zelda Wind waker remake : un soir j'entend du bordel à  l'étage et les découvre en train de se relayer pour passer le 1er donjon, je m'immisce et depuis nous le découvrons à 3 en le savourant pleinement tels une gigantesque sucette.
Là je suis sur le link awakening switch que je poutre allègrement  : hormis le 4 swords et n'ayant fait aucun Zelda depuis les 3 premiers je compte tous les doser cette année.

-Red dead redemption : je n'aime pas les Gta et autres mondes ouverts car je n'aime pas perdre mon temps à zoner, je n'achete jamais Day one, et pourtant j'ai du y passer plus de 300 heures (minimum ) depuis le jour de sa sortie. ..
Je n'ai même pas joué au 1er, mais celui là  m'appelait et m'à intégralement conquis dans tout les domaines.
Passer 3 jours à traquer un canasson blanc en bivouaquant au bord d'un lac gelé entouré de forêts enneigées,  chasser cuisiner et s'habiller de toutes les bestioles, trouver tout les trésors et quêtes sans astuces juste en se baladant partout...
Je ne pensais qu'a rentrer du taf pour faire du kayak virtuel...

-Forza horizon : tous.
Tout comme red dead, les jeux de caisse ne sont normalements pas ma came, sauf que là je venais de me retrouver pour la 1ère fous de ma vie à pôle emploi suite à un licenciement économique : et que pour palier à ce triste événement je n'ai pas trouver mieux que me prendre en même temps un nouvel ensemble box one/projo/ampli/enceintes  7.2 (avec caisson de 250W sa mère ! )
Ça pulsait tellement au démarrage que cela produisait du vent sur mes poils de jambe : une dinguerie
Couplé au fait que j'ai enfin trouvé le jeux de tuture où tu peux te balader 3 heures dans les champs de Toscane en supe 5 sur du Rakmaninov sans d'autres contraintes que de voir le temps passer.

-Dead cell : nuff' said

-Sterrener : comme  dead cell, mais en schmup : des années que j'avais pas cette envie de scorer autant un jeux de boulettes, minimum 1 heure/jour avec envois de tofs de preuves aux potos pour fédérer l'humiliation comme à la bonne vieille époque.

-Blasphemous : comme red dead, j'y ai erré en pénitence afin de les compléter à plus de 98% sans soluce : à la fraîche, décontracté du gland.

-Wargroove : enfin un tactical qui arrive au niveau des final tactics et autres ténors  ( front mission, ogre battre et d'avance wars)
Pixel art magnifique, campagne aussi longue qu'interressante,  et du multiplayer à  4 : whatelse?

Ah et je suis obligé de mettre Ruiner car bordel ce que ce jeu à hanté mes nuits avec son ambiance cyber punk et ses musiques envoûtantes  : le truc qui me met en mode wave absolue à chaques parties.

Offline Tidorpha

  • Snack of Quality
  • Newbie
  • *
  • Posts: 24
  • Bonus Pute: 8
  • En chemin faisant..
Re: [2010-2019] Dix ans de jeux, mais des bons, pas ceux du peuple.
« Reply #17 on: 23 January, 2020, 16:46:20 »
Remontons dans le temps pour trouver les jeux de la décennie m'ayant marqué :

Lorsqu'on habitait en colocation avec Metalish, c'est essentiellement Mario Kart 8 et les Rayman(s) que nous avons retourné tous ensemble ! Déjà trop cités, je ne m'attarde pas dessus.

Nous avons également poncé sans retenu Spelunky, un jeu indé tellement complet et exigeant que j'ai du die&retry à l'infini pour enfin maitriser le gameplay vif et impardonnable de ce jeu. Remplir les défis nous a permis de découvrir toutes les subtilités de gameplay pour parvenir à la vrai fin par exemple.  ::)

Pour rester dans le même genre, mes débuts dans the Binding of Isaac : Rebirth. Apprendre à gérer ce petit bonhomme, puis les paternes des ennemis et les actions des objets... Un jeu qui demande également du travail mais qui en vaut largement la chandelle. C'est vraiment un énorme plaisir de lancer une partie en sachant qu'elle sera unique en sont genre, essayer des associations d'objets qui peuvent parfois casser le jeu... Je recommande évidemment !

J'ai adoré découvrir FTL qui nous a évidemment fait perdre toute notion de temps et de longue nuit de sommeille.

En jeu multi, je citerai Roquet League pour cet habile mélange entre foot et voiture qui fonctionne à merveille ! Encore un jeu qui demande du temps et du travail avant d'être maitrisé mais le fun est partout. Et puis TowerFall qui est plus facile à prendre en main et qui n'a pas de prix pour les soirées entre potes.

J'ai regardé Metalish joué à Prey du début à la fin, ce jeu est formidable ! Grande et belle découverte, une ambiance spatiale "post apo" aux petits oignons où on peut obtenir des aptitudes cheatés. Et comme certains ennemis sont des mimiques, ils peuvent se changer en tous (chaise, mug, pot de fleur...) et cela donne une ambiance encore plus oppressante au vaisseau dans lequel on circule. Bonne petite intrigue aux multiples fins qui donne la possibilité de le faire plusieurs fois. +1

Tom raider, the Rise et Shadow : Juste parce que ces adaptations sont géniales ! J'ai passé beaucoup de temps à faire le premier en vacances avec ma cousine, the Rise avec Metalish récemment et bientôt Shadow j'espère. C'est une des licences de mon enfance et j'ai adoré pouvoir retrouver de tels sensations, entre les phases de combat, d'exploration, d'infiltration et d'énigmes, il y a de quoi faire.

Je terminerai avec Dragon Quest Builders, je n'ai joué qu'au premier et j'ai tout d'abord vraiment adoré la DA ! Je n'ai jamais joué a des Dragon Quest de ma vie et j'ai adoré retrouver la pâte de Toriyama dans ce jeu. J'ai apprécié les différences avec minecraft et j'ai même préféré le principe de petites quêtes dans les différents mondes qui nous permet de découvrir tous les biomes. Je vous avoue par contre que j'ai passé tous les discussions entre les personnages car je ne m'intéresse pas forcement à l'histoire, c'est surtout le gameplay qui me plait.  ;)

En espérant que d'ici 2030 nous ayons d'avantage de pépite vidéoludique marquante !

Offline wonderpanzer

  • Snack of Quality
  • Hero Member
  • *****
  • Posts: 1 089
  • Bonus Pute: 42
  • etre analogique vivant dans une 3r3 num3r1qu3
Re: [2010-2019] Dix ans de jeux, mais des bons, pas ceux du peuple.
« Reply #18 on: 23 January, 2020, 17:47:20 »
Tiens d'ailleurs petite fée : as-tu testée  l'extension  moon crash de Prey?

Je suis déçu  de ne pas retrouver l'engouement que m'à  également procuré l'original (que j'ai poncé dans tout les sens, avec toutes les fins/succès : j'aurais pu rajouter les bioshocks/dishonored/dead space dont il s'inspire, mais les places sont chères )

Offline Pixxell

  • Snack of Quality
  • Full Member
  • ***
  • Posts: 100
  • Bonus Pute: 15
Re: [2010-2019] Dix ans de jeux, mais des bons, pas ceux du peuple.
« Reply #19 on: 24 January, 2020, 00:02:46 »
Pfiou, dur exercice...

Dans la catégorie "flow et obsessions", Hotline Miami 1 & 2 comme tout le monde, Rocket League (et même que je suis pas trop nulle), Trials Evolution (les "wohohohoho" et son multi fendard, notamment grâce à ses circuits custos complétement pétés #DNF). Mais surtout, surtout, le trop méconnu Tribes Ascend, qui m'a montré que j'étais capable de jouer à un jeu rapide et exigeant, et à pouvoir toucher du compétitif sans avoir envie de tuer mon prochain. Rocket League m'a fait réviser ce jugement, mais c'est une autre histoire... Je suis infiniment triste que les devs se soient concentrés sur Smite, même si visiblement ça fait le plaisir d'autres personnes ici ;)

Pour continuer sur le multi, Payday 1 & 2 ont occupés bon nombre de mes soirées. Pour les soirées canapés, Towerfall et Quiplash sont en haut de la liste, ce dernier surtout grâce à une amie qui arrive à nous faire mourir de rire avec les réponses les plus premier degré du monde. Sacrée performance. Vous êtes drôles aussi, mais là c'est le niveau d'au dessus.

Dans la catégorie "jeux cassés mais que j'aime quand même" je dois absolument parler de Alpha Protocol. Ma pièce de 1 euro la mieux investie du monde, où tu as vraiment l'impression de construire ton agent secret et son aventure type Mission Impossible. Deadly Premonition, lui, c'est ce survival horror open world bizarre typiquement japonais, où tu joues un mix de Dale Cooper et de Ryo Hazuki. Tu sues à grosses gouttes plus à cause de l'ignoble maniabilité, la carte de merde et des donjons qui sentent beaucoup trop l'ajout à la va-vite ordonné par le méchant éditeur, qu'à cause de la traque du Raincoat Killer. Malgré tout, j'ai pris du plaisir à vivre cette enquête mystique. L'histoire, les personnages, les dialogues, les musiques, les changements de ton... Tout ça rend l'expérience inoubliable.
Après, je ne peux décemment pas conseiller ces deux jeux à n'importe qui. Ils étaient déjà datés et pétés à leur sortie, mais bon. Voilà. Moi, je les aime vraiment beaucoup.

Même s'ils ne sont pas cassés mais juste imparfaits, je retiendrai Alan Wake et son ambiance, Spec Ops The Line qui cache bien son jeu ses dehors de TPS teubé, The Secret World (mon premier et seul MMORPG, auquel j'ai d'ailleurs joué une grosse partie toute seule) et ses quêtes mémorables, surtout les puzzles en mode ARG. Templiers FTW.
Je resterai longtemps émue par le destin de Lee dans la première saison de Walking Dead. Je me souviendrai longtemps de ce Metal Gear Solid V pas fini mais pourtant généreux et culotté (pour un Metal Gear).
Encore tout neuf dans mon esprit, Disco Elysium gardera je pense longtemps une place de choix. Rien de tel que d'avoir l'impression de jouer à un JDR papier où le GM serait un conteur hors pair, érudit et drôle. Où tu peux crever parce que la chaise sur laquelle tu as pourtant refusé par 3 fois de t'asseoir est putain d'inconfortable, plutôt que parce que tu as raté un jet de dés en essayant de tuer un rat géant alors que tu avais 92% de chance de l'avoir.

Dans la catégorie "Tiens ça paie pas de mine... Mais c'est quoi ce truc ?!!", Doki Doki Literature Club est tout en haut, et m'a montré que les visual novels en ont sous le capot quand bien utilisés. Essayez-le, il est gratuit !
Toujours gratuit (enfin moi je l'avais acheté dans un bundle, mais les épisodes qui sont gratuits sur le site officiel du jeu contre une inscription), il y a The Last Door, un petit Point'n click qui, malgré ses trois pixels et demi, arrive à nous accrocher, voire à nous faire peur, tant il est soigné. Si une petite aventure lovecraftienne vous dit...

Tant qu'on parle de pixels, je n'ai pas beaucoup joué à des shmups cette décennie et je ne suis pas la plus érudite sur la question, mais j'aime vraiment beaucoup Jamestown. Le design, l'OST, le challenge... J'ai bien envie de m'en refaire une petite partie, tiens.

Pour finir, en grande fan de Thief, System Shock et surtout Deus Ex premier du nom, j'ai eu le plaisir de voir une suite digne de ce nom avec Deus Ex Human Revolution (hein, quoi, y'en a eu un autre avant ?).
Les Dishonored aussi, bordel. Super relecture du genre, avec un monde hallucinant et un level design astucieux, ce qui n'est pas une des qualités premières de Deus Ex et ses gaines d'aérations magiques par exemple.
Et oui, je sais, c'est pas bien, mais je n'ai pas encore touché à Prey. Ça viendra, promis. Parmi tant d'autres...